Bénin: le CNE dans sa composition actuelle peut réussir selon Anselme Amoussou

Le président de la République, Patrice Talon, a procédé ce mardi 21 Janvier 2020 à l’installation des membres du Conseil National de l’Éducation (CNE). Une initiative sur laquelle le secrétaire général de la Confédération des syndicats Autonomes du Bénin (Csa-Bénin) a donné son appréciation au cours de ce weekend. 

Reçu ce weekend par un quotidien de la place, le secrétaire général de la Confédération des syndicats Autonomes du Bénin (Csa-Bénin) a réagi sur l’installation et la composition  du conseil national de l’éducation. Selon le responsable syndical, la mission que l’on confie à cet organe est une « très belle initiative parce que l’intention qui a été annoncée pour accompagner le Cne, c’est une volonté de dépolitiser l’école béninoise, d’avoir de la cohérence et de la cohésion dans la gouvernance du système éducatif, de ne plus laisser les ministres en tant que politiques décider de tout, mais d’avoir une structure autonome avec des personnes qui sont intellectuellement et politiquement indépendantes qui ont toute l’autorité donc pour agir sur les aspects aussi importants que les nominations, les mutations et les décisions d’orientation scolaire en terme de programmes, de refonte du programme, de refonte des curricula« .  Et ce qui rassure davantage le secrétaire général du CSA-Bénin, Anselme Amoussou, c’est la qualité des personnes qui composent le Cne. « Quand on regarde un peu la composition, le mode de composition du Cne, on peut avoir un tout petit espoir que ça peut fonctionner puisqu’il y a des membres qui ont été élus par leur structure. Il y a des personnes qui ont été désignées mais très peu. Et ceux qui ont été élus l’ont été sur la base d’un dossier qui a été étudié. Et quand je regarde ceux que je connais dans ce creuset, je vois des personnes de qualité, vraiment intellectuellement de qualité, des personnes qui ont vraiment l’expérience de la gestion du système éducatif. » Il se réjouit par ailleurs que le conseil soit constitué essentiellement des inspecteurs chevronnés, des jeunes universitaires, des enseignants qui sont à la tâche tous les jours et qui connaissent la réalité du monde éducatif.

Cependant, le secrétaire général de la Confédération des syndicats Autonomes du Bénin (Csa-Bénin) ne croit pas totalement à la réussite de la mission confiée au cne. Il émet des réserve à l’indépendance de cet organe placé sous la tutelle d’un homme politique. Pour Anselme Amoussou, le président de la République sous l’autorité de laquelle est placée le cne est « un homme politique qui a été élu par des politiques et qui est obligé de fonctionner avec des politiques ». A le croire, le risque est donc grand que le  Cne qui aurait pu être une solution aux problèmes de l’école puisse sombrer dans les mêmes travers que la politisation qui est aujourd’hui dénoncée.  « A partir du moment où cette volonté politique ne va pas être accompagnée des actes concrets, je pense que le Cne risque de tomber dans les mêmes travers que nous dénonçons aujourd’hui qui sont la politisation, la gestion à la petite semaine sans boussole de l’école béninoise avec le népotisme et tout ce que l’on peut décrier. J’espère que le Cne pourra donc profiter du respect de la parole d’un homme politique qui n’a que des engagements et qui va nous surprendre agréablement par les engagements qui ont été les siens par rapport à ce creuset »  a-t-il laissé entendre.

 

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus