Bénin: les députés insatisfaits des réponses du gouvernement sur la Sonacop

La ministre de l’industrie et du commerce est au parlement ce jeudi 9 janvier pour répondre aux questions des élus du peuple relativement à la gestion de la société nationale de commercialisation des produits pétroliers. Sahadia Assouma n’a pas convaincu les députés.

Le député Houessou Léon Aden, suppléant de Mahougnon Kakpo, a voulu savoir de quoi retourne la gestion de la Sonacop surtout par ces temps de crise entre le Bénin et le Nigéria. Il a soutenu dans sa requête qu’il faut parcourir plusieurs stations-services avant de s’approvisionner en carburant. Pire, dira-t-il, dans les stations-services, les tickets valeurs sont refusés. Le député voudrait savoir ce qui est fait pour éviter de longues files d’attente dans les stations services voire la flambée du prix de l’essence de la contrebande.

Prenant la parole, la ministre du commerce a fait comprendre que depuis deux ans, le prix n’a plus varié au niveau des stations tant privées que publiques. Le litre d’essence est en deçà de 600 Fcfa. Donc le prix du liquide inflammable est depuis contenu. Mieux, va-t-elle expliquer, les diligences du gouvernement ont réduit de façon considérable les files d’attente dans les stations services.

Riposte des députés

Les députés, appréciant la réponse du gouvernement, ont criblé la ministre de reproches et de questions. « C’est cinq mois après la situation que le gouvernement nous répond », se désolent la plupart des intervenants. Les questions sont vidées de leur substance avant la réponse du gouvernement. Pour éviter de pareilles situations, les députés demandent à la conférence des présidents de veiller à ce que le gouvernement réponde dans des délais raisonnables aux questions. Certains, dont Augustin Ahouanvoébla et Ernest Médéwanou, ont déclaré que l’Etat ne fait pas le commerce. La Sonacop ne devrait pas commercer le carburant. Elle devrait avoir un regard sur la façon dont le produit pétrolier est commercialisé dans le pays. D’autres, très remontés, ont demandé à la ministre de mettre à leur disposition la liste des stations fonctionnelles pour leur éviter la randonnée dans les villes. D’autres encore attendent du gouvernement les raisons qui sous-tendent le refus des tickets valeurs dans les stations de la Sonacop.

Les stations mobiles

Certains élus sont allés au-delà de la question pour demander à la ministre de leur faire le point du projet relatif aux stations-services, le gouvernement ayant demandé, dans le passé, aux maires d’identifier des espaces pour abriter ces stations mobiles. Sans l’érection desdites stations, il sera difficile de lutter contre l’essence de la contrebande. L’initiateur de la question a fait remarquer que c’est parce que le prix de l’essence de la contrebande a chuté que la pression a cessé du côté des stations-services aussi bien publiques que privées. Joseph Anani va insister en faisant remarquer que l’essence se fait rare dans les contrées les plus reculées et coûtent chère.

La ministre devrait reprendre la parole pour essayer d’apporter des clarifications aux différentes inquiétudes des parlementaires. Mais la première vice-présidente du parlement lui a demandé de leur faire parvenir des réponses par écrit très prochainement.

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus