Fin de la crise au sein des FCBE: Dr Clément Koutchadé salue le leadership de Boni Yayi

Après une période de malentendu, les responsables du parti des Forces Cauris pour un Bénin Emergent ont fini par accorder leur violon. Pour le coordonnateur des FCBE de la 22ème circonscription électorale, ce qui s’est passé au sein de cette formation politique est ce qui arrive d’ordinaire à tous les partis politiques. 

A la faveur d’une interview qu’il a accordée ce vendredi 17 Janvier 2020 à un journal de la place, le coordonnateur des FCBE de la 22ème circonscription électorale, Dr Clément Kouchadé, s’est réjoui de la paix retrouvée au sein de sa famille politique qui a traversé une période de crise. Pour lui, c’est une page qui est définitivement fermée et le parti doit se préparer à affronter les défis qui s’opposent à lui. A en croire l’ex-directeur général de l’office national du bois, ce qui est arrivé au parti FCBE n’est rien d’inédit. D’un ton philosophique, il estime que la crise en elle-même est liée à la vie. Parlant de l’origine de cette situation d’incompréhension, l’universitaire indexe les conditions dans lesquelles certains de leurs camarades ont obtenu le récépissé d’enregistrement. « C’est les conditions de l’obtention qui ne sont pas bonnes, puisque c’est pas fait en commun accord avec tous les membres du bureau dirigeant« , confie-t-il, selon des propos recueillis par Jean-Paul ODJO.

Mais ce qui est important, poursuit-il, c’est que la crise soit désormais du passé. Il félicite le leadership du président d’honneur du parti qui a su réconcilier les deux camps antagonistes. «  » Vous savez bien que le Président Boni Yayi, au cours de sa gouvernance a toujours œuvré pour la paix dans le pays. Il est donc nécessaire qu’il fasse régner cette paix au sein de sa famille politique en tant que père de famille. Nous poursuivons les échanges en notre sein pour régler définitivement la crise et nous préparer pour les prochains rendez-vous électoraux. » laisse-t-il entendre. 

Sur l’unanimité autour du récépissé et la relation avec les autres résistants: 

Si, au terme des discussions, les responsables du parti des forces cauris pour un Bénin émergent ont pris l’option de garder le récépissé d’enregistrement obtenu au ministère de l’intérieur, ils ne devaient surprendre personne, estime Dr Clément Koutchadé. Selon lui, les FCBE ne sont pas en réalité « contre l’obtention du certificat de conformité« . Mieux, précise-t-il, c’est d’ailleurs ce qu’on a toujours voulu et souhaité en nous conformant aux dispositions des lois votées. Pour lui, les fcbe ont toujours fait ce qu’il fallait pour obtenir le fameux document et l’aurait reçu depuis si le gouvernement, conscient de son impopularité, ne faisait feu de tout bois pour les y empêcher. Sur la relation avec les autres forces de la résistance, l’ex-DG ONAB ne se fait pas de souci. Pour lui, la thèse de la trahison ne tient simplement pas la route parce que, indique-t-il, les plus résistants contre le pouvoir du président Patrice Talon sont d’abord les responsables et militants du parti des forces cauris pour un Bénin émergent. En d’autres termes, le parti demeure un parti d’opposition au régime de la rupture et figure de proue de la résistance.

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus