Une foule massive accueille le corps du général Soleimani à Kerman où il sera enterré (Vidéo)

Qassem Soleimani, tué vendredi à Bagdad dans un raid américain, doit être enterré ce mardi dans sa ville natale, dans le sud-est de l’Iran. A Kerman où il sera inhumé, une foule massive accueille le corps du général.

Les habitants de Kerman affluent en masse à Kerman pour l’enterrement du général iranien Qassem Soleimani, tué vendredi dernier dans un raid de l’armée américaine à Bagdad, et pleuré par des millions de personnes lors de trois journées de deuil national à Téhéran. La dépouille du général est arrivée sur place tôt ce mardi 7 janvier au matin pour y être enterrée.

La mobilisation populaire apparaît tout aussi importante que celle qui s’est manifestée dimanche et lundi à Téhéran et dans les autres villes où les cercueils de l’officier et de ses compagnons d’armes tués avec lui ont transité pour un hommage populaire. Selon la radio d’État, Soleimani doit être enterré à Kerman, sa ville natale, entre 14h00 et 16h00 (10h30 et 12h30 GMT).

Un enchaînement d’escalades

L’escalade verbale continue entre les États-Unis et l’Iran. Ce lundi sur Twitter, le président iranien a répondu aux déclarations martiales du chef d’État américain, qui a annoncé que si l’Iran frappait une base américaine, les États-Unis répliqueraient en visant 52 cibles iraniennes. «Ne menacez jamais la nation iranienne», a lancé, lundi sur Twitter, Hassan Rohani. “Ceux qui font référence au nombre 52 devraient également se souvenir du nombre 290. #IR655”, écrit Rohani dans une référence à la tragédie de l’Airbus du vol Iran Air 655, abattu en juillet 1988 par un navire américain au-dessus du Golfe et ayant coûté la vie à 290 personnes.

Douloureux passé pour les deux pays

Plus de trente ans après les faits, cette catastrophe, pour laquelle l’Iran attend toujours des excuses officielles des États-Unis, hante encore la mémoire collective iranienne, tout comme aux États-Unis, la prise d’otages de 1979 à l’ambassade de Téhéran pendant laquelle 52 diplomates ont été retenus captifs pendant 444 jours. Le président américain multiplie les messages menaçants envers la République islamique depuis l’élimination, vendredi, dans un raid américain à Bagdad, du général iranien Qassem Soleimani.

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus