Bénin : les FCBE expriment des inquiétudes sur les communales prochaines devant la délégation de l'APF

En visite de travail au Bénin depuis le samedi 1er Février 2020, la mission de l’Assemblée Parlementaire de la Francophonie (APF) avec, à sa tête, son S.E.M. Amadou Soumahoro, a tenu, ce mardi 4 Février 2020, une séance de travail avec les responsables des partis politiques. Devant cette délégation, le parti des forces cauris pour un Bénin émergent (FCBE) a exprimé des préoccupations et inquiétudes sur les élections municipales, Communales et locales de Mai 2020. 

Les professions de foi du président Patrice Talon sur le caractère transparent et inclusif des élections communales de 2020 ne semble pas convaincre certains partis politiques. En tout cas, pas le parti des forces cauris pour un Bénin émergent (FCBE) de l’ancien président Boni Yayi. Face à la délégation de la mission de l’Assemblée Parlementaire de la Francophonie (APF), ce mardi 4 février 2020, les responsables de cette formation politique ont exprimé leurs inquiétudes sur les élections Communales. Leurs inquiétudes se situent surtout sur la transparence de ce scrutin. Pour justifier cette appréhension, ils ont évoqué la liste électorale dont la confection se fait de façon exclusive. L’absence des partis politiques de l’opposition dans les instances en charge du processus électoral préoccupe également ce parti politique.
Pour rappel, la délégation de la mission de l’Assemblée Parlementaire de la Francophonie (APF) est au Bénin, selon les explications de son président Amadou Sounmahoro, président de l’assemblée de la Côte d’Ivoire, pour faire le point de la réunion de la session de l’AFP qui vient de se tenir à Dakar et pour voir si le Bénin reste toujours pour l’Afrique, l’exemple de la démocratie . » Je suis là en tant que président de l’APF. D’abord nous venons de tenir à Dakar la réunion de la session de l’AFP. Il faudrait que nous en parlions et je voudrais saisir l’occasion de mon arrivée à Cotonou pour faire le point. », avait expliqué Amadou Sounmahoro,  à sa descente d’avion. « Nous venons surtout à Cotonou pour une séance de travail avec les autorités béninoises. L’APF s’est donnée pour mission d’accompagner les Etats francophones, les Assemblées francophones. C’est cette mission d’accompagnement qui nécessite notre déplacement à Cotonou. Je pense que cet accompagnement se passera très bien. Je vous rassure que l’APF est venue entant qu’organisation internationale mais pas en assistance. Ce n’est pas au Bénin qu’on va apprendre la démocratie. Nous venons pour nous rassurer que nos frères vont bien et nous rassurer aussi que la démocratie béninoise est toujours l’exemple qu’elle a toujours été pour l’Afrique », avait-il confié à la presse locale.

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus