Malawi – Invalidation de la présidentielle : la présidence va faire appel de la décision

La justice du Malawi a annoncé l’annulation de l’élection présidentielle de mai 2019 pour fraude. Cette décision sursoit donc la réélection du président sortant. Ce dernier et son parti ont décidé de faire appel de la décision de la cour.

La Cour constitutionnelle a stupéfait, lundi, les Malawites lorsqu’elle a annulé le vote de mai 2019 qui a remis Mutharika au pouvoir en tant que président. Le tribunal a cité des irrégularités «généralisées, systématiques et graves», qui incluaient des fiches de résultat avec des sections effacées ou modifiées avec du liquide correcteur. Il a ordonné une nouvelle élection, déclenchant de nombreuses célébrations par les partisans de l’opposition.
Cependant, le parti au pouvoir et le président réélu ont décidé de contester la décision de la Cour. Selon le porte-parole de la présidence, Mgeme Kalirani, dans une déclaration, « la décision (…) ne peut être maintenue. Cela va créer beaucoup de problèmes dans la jurisprudence du pays.» Mutharika, président du Malawi depuis 2014, a remporté une élection serrée avec 38,57% des voix. Le chef du parti d’opposition, Lazarus Chakwera, a obtenu 35,41% et le vice-président Saulos Chilima, qui avait formé son propre parti, a obtenu 20,24%. De nombreux observateurs ont salué la décision de la cour comme une étape démocratique pour un continent où les juges jouent souvent la sécurité en statuant en faveur du président sortant dans un scrutin contesté.

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus