Bénin: l’avis de Ganiou Soglo sur une supposée performance économique du pays

Depuis quelques temps, le Bénin est auréolé d’une performance économique vantée par le régime de la rupture et entérinée par des institutions internationales. Mais pour l’ancien ministre Ganiou Soglo, cette performance ne profite qu’à un seul groupe et le pays gagnerait à aller plus loin en structurant sa relation commerciale avec le Nigéria.

« Depuis quelques semaines, il est claironné partout les bons chiffres macro-économiques de notre pays, le Bénin. C’est l’occasion pour moi de saluer nos responsables et surtout le Ministre de l’économie M. Wadagni pour les performances réalisées et le travail abattu. », ainsi s’exprimait l’ancien ministre Ganiou Soglo dans un post sur Page Facebook. Mais tout en reconnaissant les mérites du ministre Romuald Wadagni, le cadet de la fratrie Soglo estime qu’il n’ y a pas lieu de se complaire dans une autosatisfaction car le Bénin peut encore faire mieux surtout en structurant sa relation commerciale avec le Nigéria. Selon lui, les performances claironnées par le gouvernement n’a pas d’impact sur le quotidien des béninois. «  Ce qui s’entend en occident, n’a pas la même implication en Afrique. Une croissance de 2% en France est une excellente nouvelle sur le moral des ménages dans ce pays, car elle est inclusive c’est-à-dire qu’elle touche tout le monde. », fait-il savoir.

A Lire aussi « Le réveil est douloureux pour l’ensemble des béninois », Ganiou Soglo

Pour lui, les performances vantées par le gouvernement et certaines institutions ne lui parait pas inclusives car elles « n’impactent positivement que le gotha « rupturien » qui nous dirige et qui possède les entreprises les plus florissantes du pays depuis 2016 ». L’ancien ministre des sports fait remarquer par exemple que le pays a perdu près de 50 milliards suite à la fermeture des frontières avec le Nigéria. Des pertes essentiellement dues aux recettes douanières. «  »Il nous faut donc repenser structurellement notre relation commerciale avec le grand voisin de l’Est car ce marché en pleine expansion pourrait servir de tremplin à une industrialisation massive au Bénin et donc pourvoyeur d’emplois pour les femmes et les jeunes.« , indique-t-il. Le Mexique et le Canada doivent leurs prospérités au géant américain; Hong Kong, Singapour doivent leur essor à la Chine, précise-t-il. A l’en croire, les petits métiers et la réexportation constituent actuellement les activités phares au Bénin avec une offre d’emploi de près de 80 % et une contribution au PIB de 65 %.

Nécessité de moderniser l’économie béninoise pour s’adapter à l’évolution démographique du Nigéria

Le Bénin ne peut pas continuer à baser son économie sur le secteur informel avec de petits métiers et la réexportation, estime l’ancien ministre des sports. Pour lui, comment le Bénin peut-il profiter de ce marché de plus de 200 Millions d’habitants sans réadapter son économie d’autant plus que les projections démographiques estiment que le géant de l’Est sera le 3ème pays le plus peuplé au monde d’ici 2050 après la Chine et l’Inde.

Le travail structurel devrait être mené en établissant les avantages comparatifs que nous pourrions définir par zone géographique en tenant compte des opportunités sectorielles du marché nigérian afin de compartimenter une vraie politique de transformation agricole et de produits manufacturés, suggère-t-il, en espérant que la réflexion serait approfondie dans ce sens.

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus