Bénin – Système de parrainage: le Pr Salami soulève d’éventuels problèmes

Le système de parrainage introduit dans le nouveau code électoral adopté par les députés de la huitième législature pour l’élection présidentiel aura pour avantage de mettre de côté les candidatures fantaisistes, affirme le professeur Ibrahim Salami qui reconnait dans le même temps que ce système va poser quelques problèmes.  

Le système de parrainage introduit dans le nouveau code électoral par le président Louis Vlavonou et ses pairs et qui suscite la polémique au sein de la classe politique, n’est pas si mauvais que ça. C’est du moins l’avis du professeur Ibrahim Salami, reçu ce dimanche 1er mars 2020 dans l’émission « Zone Franche » de Canal 3 Bénin. L’avantage de ce système, indique-t-il, c’est qu’il permettra de mettre de côté des « candidats Facebook », des candidats de la Gaani, etc. Pur lui, cette réforme permet de limiter le nombre de candidatures.

A lire aussi « Ce n’est pas parce qu’une constitution est bonne qu’on ne peut pas la réviser », Ibrahim Salami

Si, grâce au système de parrainage, il est possible de mettre de côté les candidatures fantoches, l’homme de droit reconnait que le système peut également poser d’autres problèmes. En voulant limiter le nombre de candidatures, on court le risque de tomber dans un autre travers, celui de la corruption. Le système de parrainage, prévient-il, pourrait être un autre moyen de corruption plus avancée de la démocratie béninoise parce qu’au moment du mercato, les potentiels grands électeurs pourraient se vendre très chers. Pour lui, le pays est entrain de faire une virée dans un autre système, un système beaucoup plus axé sur le rapport de force politique.

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus