« Ce n’est pas parce qu’une constitution est bonne qu’on ne peut pas la réviser », Ibrahim Salami

Le Bénin a eu l’une des meilleures constitution en 1990. Mais malgré la qualité de cette constitution, elle n’est pas parfaite parce qu’elle ne peut l’être. C’est du moins l’avis du professeur Ibrahim Salami qui estime d’ailleurs que ce n’est pas parce qu’une constitution est parfaite qu’elle ne peut être révisée.

La constitution béninoise de 1990 n’était pas du plagiat. Ce n’est pas une copie-collée de la constitution française mais encore moins celle américaine; mais c’est l’une des meilleures constitutions de son temps, sortie du génie béninois. C’est du moins l’avis du professeur Ibrahim Salami, reçu ce dimanche 1er mars 2020 dans l’émission « Zone Franche » de Canal 3 Bénin. En effet, pour ce technicien du droit, le régime politique adopté en 1990 est très original. Les pères fondateurs de la constitution, à l’en croire, se sont inspirés des manquements, des erreurs, des failles des systèmes antérieurs pour bâtir une constitution à la taille du Bénin, quartier latin de l’Afrique. Malgré cet effort des constitutionnalistes, reconnait-il, cette constitution ne peut pas être parfaite et c’est pourquoi il y a toujours eu besoin de la réviser.

A Lire aussi https://beninwebtv.com/2020/03/benin-developpement-de-savalou-conrad-gbaguidi-desormais-a-la-tete-de-ladcs/

Pour le professeur de droit, ce n’est pas parce qu’une constitution est bien élaborée qu’elle ne peut être révisée. A l’en croire toujours, il y a toujours des adaptations à faire compte tenu des besoins du moment. En guise d’exemple d’adaptation, le juriste estime que la cour des comptes par exemples est une juridiction financière autonome et indépendante dont l’importance est clamée par la classe politique dans son ensemble depuis des lustres, mais elle n’a jamais été une réalité parce que la constitution n’est pas révisée. Selon la révision, ce n’est pas un problème pourvu qu’elle ne touche pas les fondamentaux du système qui est l’organisation régulière des élections et l’alternance au pouvoir.

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus