Coronavirus : l’Ouganda annonce un traitement « la semaine prochaine »

La présidente du Parlement ougandais, Rebecca Kadaga, a déclaré devant ses pairs qu’un spray, qui tue instantanément le coronavirus, a été découvert et doit être coproduit en Ouganda.

Lors d’une séance spéciale lundi au parlement ougandais, la présidente de l’Assemblée nationale a tenu à informer ses collègues députés de ce qu’il y a de l’espoir en ce qui concerne la lutte contre le Coronavirus. Rebecca Kadaga a indiqué qu’un vaporisateur a été mis en place et peut combattre efficacement le Coronavirus. Kadaga, lors de sa communication avec les députés, a déclaré que le spray devrait arriver sur le marché, la semaine prochaine. Elle dit qu’un inventeur et biologiste américain, le professeur Safaraz K. Niazi, était en Ouganda ce week-end et a fait don du brevet, gratuitement à l’Ouganda. Kadaga a déclaré aux députés lors d’un débat sur l’impact du coronavirus qu’il y avait de l’espoir et que le traitement pourrait commencer en Ouganda.

« Il y a une lueur d’espoir, un professeur qui a fabriqué un traitement pour le coronavirus aux États-Unis était ici la semaine dernière et a fait don du brevet à l’Ouganda. Dans une quinzaine de jours, le traitement sera ici, il sera disponible sur le marché ici » en Ouganda. Il est fait par une société appelée DEI International. Non pas que nous devrions nous détendre, mais il y a de l’espoir et le traitement commencera ici en Ouganda, vous pouvez imaginer. Mais en attendant, laissez-nous faire les choses simples de lavage et pas étreindre « , a insisté Kadaga avec une pointe d’excitation.

Le Professeur Safaraz K. Niazi

Safaraz K. Niazi est expert en fabrication biopharmaceutique et également académicien. Selon son profil, Niazi est professeur adjoint de sciences pharmaceutiques à l’Université de l’Illinois, aux USA. Niazi conseille les agences de régulation et crée une technologie pour rendre les médicaments plus accessibles. Il enseigne à travers plus de 50 livres et 100 brevets dans le domaine pharmaceutique et biopharmaceutique.

Selon la secrétaire permanente du ministère de la Santé, Diana Atwine, en tant que ministère, ils n’ont pas encore obtenu ces informations sur le spray anti-coronavirus, mais se félicitent de les entendre. Elle a, cependant, soutenu que quelles que soient les interventions, comme tous les traitements pour toute maladie, le spray pour coronavirus devra subir des tests et passer les tests de la National Drug Authority. Idéalement, le traitement doit également passer les normes internationales qui prennent généralement des mois avant l’approbation. En 2014, Niazi a été reconnu par le magazine Forbes comme «l’homme le plus intéressant qui change les soins de santé».

 

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus