«J’ai demandé au Seigneur d’arrêter l’épidémie avec sa main», le pape François

Le pape François a demandé à Dieu de stopper la pandémie du coronavirus. C’est ce qu’a révélé le pontife argentin au journaliste Paolo Rodari, du quotidien italien La Repubblica.

Le Pape François passe ses journées au Vatican en suivant de très près la crise sanitaire liée au coronavirus. Dans un long entretien accordé au quotidien italien,La Repubblica, le pape demande à chacun d’être proche de ceux qui ont perdu des êtres chers dans cette épidémie du Coronavirus.

« J’ai demandé au Seigneur de stopper l’épidémie : Seigneur, arrête-la de ta main. J’ai prié pour cela », confie le pape François au quotidien italien La Repubblica, ce 18 mars 2020, trois jours après avoir fait seul un pèlerinage à Rome, alors que les pays se barricadent devant la propagation du covid-19. Il recommande aux familles confinées: « attention et patience ». L’évêque de Rome incite à ne pas gâcher ces jours difficiles mais à «redécouvrir le caractère concret des petites choses, des petites attentions à avoir envers nos proches, nos parents, nos amis. Et comprendre que dans ces petites choses, il y a notre trésor». Un plat chaud, une caresse, un câlin, un appel téléphonique… ces détails de chaque jour «donnent un sens à la vie» et sont source de «communion et communication entre nous».

«Parfois, poursuit François, nous vivons une communication entre nous qui n’est que virtuelle. Nous devrions plutôt découvrir une nouvelle proximité. Une relation concrète faite d’attention et de patience. Souvent les familles à la maison mangent ensemble dans un grand silence qui cependant n’est pas le fruit d’une écoute réciproque, mais lié au fait que les parents regardent la télévision pendant qu’ils mangent et que leurs enfants sont sur leur téléphones portables. On dirait des moines isolés les uns des autres. Il n’y a là aucune communication. Il est important au contraire de s’écouter les uns les autres parce que nous comprenons les besoins de chacun, leurs besoins, leurs efforts, leurs désirs. Il y a un langage fait de gestes concrets qui doit être sauvegardé. A mon avis, la douleur de ces jours doit s’ouvrir vers ce concret».

Le pape exprime une pensée particulière pour les soignants et les familles des malades : « Je remercie ceux qui se dépensent de cette façon pour les autres ». Il appelle aussi à être proche de ceux qui ont perdu un être cher, en « les accompagnant par tous les moyens possibles ».

Même celui qui n’a pas « rencontré Dieu », a aussi affirmé le pape, « celui qui n’a pas le don de la foi, peut trouver un chemin, dans les bonnes choses auxquelles il croit : il peut trouver la force dans l’amour pour ses enfants, pour sa famille, pour ses frères. Quelqu’un peut dire: “Je ne peux pas prier parce que je ne crois pas”. Mais en même temps, cependant, il peut croire dans l’amour des personnes qui sont autour de lui et trouver l’espérance ».

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus