Tractation pour l’élection du Maire d’Aplahoué: la candidature d’une femme fortement pressentie

Le nom du nouveau Maire de la Commune d’Aplahoué pourrait être connu au cours de cette semaine et pourrait bien être loin des schémas pressentis jusque-là. Selon des indiscrétions, des tractations seraient en cours pour qu’une femme soit élue à la tête de la commune.

Sous fond de manipulation, d’intimidation par des pratiques occultes et des manœuvres dilatoires, l’élection pour désigner le nouveau Maire de la Commune d’Aplahoué pourrait être effectif au cours de cette semaine. Après l’arrêté de suspension pris par le préfet Christophe Mègbédji, suite aux deux tentatives avortées pour élire le nouveau Maire, des indiscrétions font état de ce qu’une femme est pressentie pour occuper le fauteuil du Maire. Des tractations seraient même en cours dans ce sens.

A Lire aussi Bénin – Election du Maire d’Aplahoué: le processus à nouveau plombé

Selon les mêmes indiscrétions, après la prise de l’arrêté préfectoral n° 6/029/PDC/SG/STCCD/SA du 16 mars 2020, le préfet Christophe Mègbédji pourrait prendre au cours de cette semaine, un nouvel arrêté pour convoquer les conseillers communaux d’Aplahoué afin de déférer à la décision rendue par la cour suprême. Rappelons que par une décision, la cour suprême a mis fin au bras de fer entre conseillers du Bloc Républicains et ceux d’Union progressiste en exigeant l’élection du Maire devant remplacer Casimir Sossou. Le préfet Christophe Mègbédji, déférant à la décision de la cour, a convoqué les conseillers communaux à une session extraordinaire le jeudi 12 mars 2020 pour l’élection du nouveau maire.

Des manœuvres pour empêcher l’élection

La décision de la cour suprême, invitant à élire un nouveau Maire à la tête de la Commune, n’a pas fait l’unanimité au sein du conseil communal. Il y a certains qui ont estimé qu’aucune élection n’est pertinente en ce moment où le mandat en cours tire à sa fin. Grâce à des manœuvres dilatoires, les conseillers communaux ont empêché la tenue des élection le 12 mars. Ils n’ont en effet pas pu faire l’unanimité autour de la liste qui devait porter le Maire car ce dernier, en principe, devrait être désigné sur la liste de la majorité. Mais avec la fusion de plusieurs partis en deux bloc compacts, il est difficile, dans le contexte actuel, de dire qui du BR ou de l’UP est majoritaire, car les conseillers communaux sont élus sur la base de partis politiques qui ont cessé d’exister avec la réforme du système partisan.

Face à ce blocage, le préfet, par un autre arrêté n° 6/028/PDC/SG/STCCD/SA du 13 mars 2020, a convoqué, à nouveau, pour l’après-midi du lundi 16 mars 2020, les conseillers communaux pour l’élection du Maire. Mais il se ravisa par un autre arrêté qui maintient la suspension mentionnée dans l’arrêté n° 6/PDC/SG/STCCD/SA du 12 mars 2020. Ainsi, selon des informations concordantes, l’autorité préfectorale qui tient à faire respecter l’autorité de la cour suprême, va prendre au cours de cette semaine un nouvel arrêté pour convoquer les conseillers pour l’élection d’un nouveau Maire.

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus