AFSud: accusé d’avoir répandu le coronavirus, un Français inculpé de tentative de meurtre

En Afrique du Sud, un jeune Français se retrouve inculpé de tentative de meurtre, accusé de ne pas avoir respecté sa quarantaine alors qu’il souffrait du coronavirus.

Des vacances inoubliables : un jeune Français parti en Afrique du Sud se retrouve inculpé de tentative de meurtre, accusé de ne pas avoir respecté sa quarantaine alors qu’il souffrait du coronavirus. Ce jeune homme de 25 ans, de la région de l’Alsace située à la frontière avec l’Allemagne et la Suisse, s’était envolé pour l’Afrique du Sud avec cinq amis le 14 mars, quelques jours avant l’annonce du confinement en France.

Au parc national Kruger, prisé pour les safaris photos, il a été pris de maux de tête et d’une légère fièvre qui l’ont conduit à consulter un médecin, craignant le paludisme, a-t-il raconté. Écartant le risque de paludisme, le médecin lui a fait passer un test pour détecter le covid-19 mais, selon le jeune homme, ne lui a pas demandé de rester au parc Kruger dans l’attente des résultats. Nous voulions aller au Swaziland, il nous a conseillé d’aller à Sainte-Lucie (sur la côte est sud-africaine, ndlr) parce que les frontières étaient fermées, assure-t-il.

Quelques jours plus tard, ses amis sont interceptés à Sainte-Lucie et envoyés en quarantaine dans différents hôpitaux. Tous sont positifs au covid-19, même si un seul d’entre eux a présenté de légers symptômes. Le jeune homme reçoit un appel de la police pour l’informer qu’il est en état d’arrestation pour tentative de meurtre suite à la propagation du covid-19 en Afrique du Sud, raconte-t-il.

Après 14 jours de quarantaine, le Français ne peut récupérer son passeport qu’après avoir signé un document attestant sur l’honneur qu’il assistera à son procès, programmé le 26 juin à Matubatu. Il a finalement pu rentrer chez lui, dans le Bas-Rhin, le 18 avril, une semaine après ses amis.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus