Bénin: « La diplomatie a un prix qu’il faut accepter de payer », Frédéric Joël Aïvo

Le professeur de droit constitutionnel, Frédéric Joël Aïvo, s’est prononcé, très tôt ce mercredi 29 avril 2020, sur la carte diplomatique du Bénin. Il fait remarquer que le Bénin, son pays, s’isole du reste du monde.

Joël AÏvo, visiblement dans une posture d’opposant au régime de la rupture, ne rate aucune occasion pour relever les insuffisances de la gouvernance de Patrice Talon. « Depuis 2016, le rythme d’extension du réseau diplomatique du Bénin dans le monde s’est arrêté », a-t-il fait remarquer. Il se désole en faisant constater qu’« au contraire, depuis lors, le Bénin se fait discret dans le monde, ferme ambassades et consulats, déménage des places diplomatiques importantes et rapatrie ses diplomates à la maison. »
Mais fatalement, va-t-il continuer, « sans le vouloir peut-être, notre pays renonce peu à peu aux armes qui ont jadis fait son rayonnement, sa réputation et sa «fréquentabilité » ».
Il pense sérieusement que « l’auto-confinement diplomatique, conséquence directe de la nouvelle doctrine diplomatique du Gouvernement, est de toute évidence, l’erreur stratégique à éviter pour un État en quête de progrès économique ». Joël Aïvo, rappelant certainement aux gouvernants qu’il faut casser des œufs pour faire d’omelette, conclut: « la diplomatie a un prix qu’il faut accepter de payer ».

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus