Bénin: le haut commissariat à la prévention de la corruption en remplacement de l’ANLC

Le gouvernement de la rupture a tenu, ce mercredi 1er avril 2020, son conseil des ministres ordinaire. Au titres des mesures normatives prises, il y a le projet de décret portant transmission à l’Assemblée nationale, du projet de loi portant création, organisation et fonctionnement du Haut Commissariat à la Prévention de la Corruption en République du Bénin. Un organe qui vient en remplacement de l’ANLC dans sa forme initiale.

Au cours du conseil des ministres en sa session du mercredi 1 er avril 2020, le gouvernement du président Patrice Talon, dans le cadre de la promotion de la bonne gouvernance, a pris d’importantes mesures pour un impact plus renforcé du cadre institutionnel qui la sous-tend. A cet effet, il a été transmis à l’assemblée nationale un projet de décret portant transmission du projet de loi portant création, organisation et fonctionnement du Haut Commissariat à la Prévention de la Corruption en République du Bénin. Cette mutation dans la forme mais aussi dans le fond de l’ex-autorité nationale de lutte contre la corruption (ANLC) est une réponse à la nouvelle dynamique que développe la Cour de Répression des Infractions économiques et du Terrorisme (CRIET), la Cellule nationale de Traitement des Informations financières (CENTIF) et la Brigade économique et financière (BEF).

A Lire aussi: Bénin; Lutte contre la corruption: Talon suspend le renouvellement de l;anlc

Selon  le compte-rendu du conseil des ministres, les résultats de l’Institution de lutte contre la corruption depuis son installation, le 15 mai 2013, restent mitigés au regard des moyens importants qui lui sont alloués par l’Etat pour son fonctionnement. Aussi, le présent projet de loi prévoit-il, en remplacement de l’ANLCla création d’un Haut Commissariat à la Prévention de la Corruption qui se concentrera sur des missions de prévention et de dénonciation, dans un format qui en privilégie l’efficacité. Cette restructuration découle aussi de l’option de confier désormais cette mission à une personnalité de grande réputation morale et professionnelle, précise le compte-rendu du conseil des ministres. Le Ministre de la Justice et de la Législation et les autres Ministres concernés veilleront à l’aboutissement de la réforme ainsi envisagée, indique le même compte-rendu.

 

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus