Bénin: les circonstances du décès de la mère du Dr Valentin Agon

Depuis ce 16 avril, circule sur les réseaux sociaux un post, dont l’auteur n’est autre que le Docteur Valentin Agon. Un post dans lequel, il annonce le décès de sa génitrice, alors qu’il était à 300 mètres d’elle sans pouvoir être à ses côtés. Joint par BENIN WEB TV, le chercheur béninois, promoteur de Apivirine, explique les circonstances du décès.

Mis en quarantaine le mardi 31 mars 2020 à son retour du Burkina Faso, où il était pour apporter son expertise dans le cadre de l’éradication de la COVID-19, Dr Valentin Agon en sort ce mercredi 15 avril 2020, mais endeuillé. Ce décès, même si ça n’a pas été tragique, fait très mal à ce dernier, qui aurait souhaité être là au moment du drame.

Pour avoir bu de travers sa bouillie, Mémé Agon fut transférée aux urgences, au Centre National Hospitalier et Universitaire Hubert Koutoukou Maga (CNHU-HKM), le week-end pascal, alors que son fils, Valentin Agon, était en quarantaine dans un hôtel, à environ 300 mètres de là. Après avoir demandé à aller au chevet de sa mère le dimanche 12 sans suite favorable et même ayant demandé à se faire diagnostiquer par le test rapide, il s’en est résigné avant d’apprendre le décès de sa mère à l’âge de 90 ans, le lundi 13 avril 2020. Pour lui, le corps médical devrait procéder à l’aspiration de cette bouillie des poumons de sa mère. Alors est-ce une erreur médicale ? la question reste posée.

Voici le post du Dr Valentin Agon, taxé par certains internautes de  »Nécro-publicitaire » qui retrace son désarrois.

Je viens d’être libéré de ma quarantaine.

Ma grande douleur est que je rentre chez moi et je ne verrai pas ma mère, ma grande amie, ma confidente, mon alliée de tout temps, celle qui intercède quand je voyage, celle qui m’a pris comme intendant de ses biens, celle qui me donne sans calcul, etc.

Perdre sa mère, c’est terrible; et la perdre quand on est à côté d’elle mais emprisonné à 300 mètres, incapable d’aller à son chevet, c’est plus que terrible !

J’ai cette certitude, ma mère m’a fait confiance en fermant définitivement ses yeux sachant que je continue le combat jusqu’à la rejoindre dans le royaume de notre Sauveur Jésus-Christ !

Enfin, après 18 jours avec des malades de Coronavirus au Burkina, je suis rentré sans virus parce que je prends Apivirine matin midi et soir et après 16 jours de quarantaine au Bénin, les tests de dépistage sont aussi négatifs, preuve que je n’ai pas importé de covid-19 mais je suis son vainqueur même plus que vainqueur.

Et ce n’est que le début, toute l’Afrique triomphera du Coronavirus par Apivirine car là où ce médicament passe, le Coronavirus trépasse. Il n’y aura pas une hécatombe en Afrique ! La lutte continue.

NB. Respectez les principes de sécurité pour ne pas propager le Coronavirus.

Dr Valentin AGON
Promoteur de Apivirine

 

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus