Coronavirus : un vaccin à base de tabac déjà en tests précliniques

La société de fabrication de cigarette britannique, British American Tobacco, a indiqué mercredi être en train de travailler sur un vaccin contre le Coronavirus à base de protéines extraites des feuilles de tabac, rapporte Reuters.

Selon Reuters, l’unité de biotechnologie américaine de la British American Tobacco est en train de travailler sur un vaccin potentiel pour le Covid-19 à base de tabac. Le Kentucky BioProcessing (KBP), l’unité qui développe le vaccin, pourrait produire entre 1 et 3 millions de doses par semaine à partir de juin, a indiqué la société, avec le soutien des agences gouvernementales et des bons fabricants. British American Tobacco a déclaré que KBP, une division de l’unité américaine de BAT, Reynolds American Inc, développerait le vaccin sans but lucratif.

Le vaccin, actuellement soumis à des tests précliniques, utilise une partie clonée de la séquence génétique de covid-19 pour créer un antigène qui est ensuite inséré dans les plants de tabac pour la reproduction. Une fois récoltés, les antigènes, substances qui induisent une réponse immunitaire dans le corps, sont extraits et purifiés puis insérés dans le corps pour combattre le virus, a déclaré la société, ajoutant que la formulation qu’elle développe est stable à température ambiante, contrairement aux vaccins conventionnels qui nécessitent souvent une réfrigération.

« …une percée significative… »

KBP a fait la une des journaux, il y a quelques années, en déclarant avoir créé un traitement efficace contre Ebola appelé ZMapp, en collaboration avec Mapp Biopharmaceuticals, basé en Californie. Le médicament n’a pas encore obtenu l’approbation de la Food and Drug Administration aux États-Unis. «Nous pensons que nous avons fait une percée significative avec notre plateforme technologique sur les plants de tabac et sommes prêts à travailler avec les gouvernements et toutes les parties prenantes pour aider à gagner la guerre contre le Covid-19», a déclaré David O’Reilly, directeur de la recherche scientifique chez BAT.

BAT a déclaré qu’il travaillait avec la Food and Drug Administration des États-Unis sur les prochaines étapes et était également engagé avec les autorités sanitaires britanniques pour apporter son vaccin aux études cliniques dès que possible.

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus