Covid-19: deux propositions de Patrice Talon au FMI et à la Banque Mondiale

Le président béninois, Patrice Talon, a adressé une correspondance au FMI et à la Banque Mondiale. A travers cette lettre, évoquée par le Ministre de l’Economie et des finances, Romuald Wadagni, dans une tribune publiée ce jeudi 23 avril 2020 par Jeune Afrique, le chef de l’Etat béninois fait des propositions aux institutions internationales face aux impacts de la Covid-19 sur les économies africaines.

Le président de la République du Bénin, Patrice Talon, a adressé une lettre à deux institutions financières internationales. Selon le Ministre de l’Economie et des Finances du Bénin, le chef de l’Etat a suggéré des approches de solution au Fonds Monétaire International et à la Banque Mondiale sur la question d’allègement ou d’annulation de dette annoncée, en raison de la Covid-19. Dans sa tribune, il en a évoqué deux. Il s’agit de :

1- Aider à la mobilisation urgente de liquidité nouvelle en lieu et place des annulations ou moratoires de dette;

2- Relancer les économies africaines via des financements concessionnels.

Par rapport à la première proposition, le Ministre Romuald Wadagni informe que les besoins urgents exprimés par l’Afrique sont estimés à 100 milliards de dollars (dont 44 milliards pour le service de la dette). Partant de cette base, il appuie la proposition du chef de l’Etat en estimant qu’une nouvelle allocation en Droits de tirages spéciaux du FMI permettrait « d’apporter une réponse rapide et efficace aux besoins des pays les plus vulnérables tout en préservant la soutenabilité de leur dette ».

Selon Romuald Wadagni, cette solution proposée par Patrice Talon a été déjà utilisée avec succès pendant la crise financière de 2008, où une somme de 250 milliards de dollars avait été mise à disposition en urgence. « Par ailleurs, les importantes liquidités mises en œuvre dans plusieurs grands espaces économiques ces derniers jours sont édifiantes », a-t-il ajouté.

Il faut relancer les économies africaines

La deuxième proposition du président béninois, approfondie par le Ministre des Finances, concerne la relance des économies africaines via des financements concessionnels. Pour le Ministre Romuald Wadagni, les institutions multilatérales et les banques de développement devraient individuellement mobiliser des ressources concessionnelles ou semi-concessionnelles pour le financement des économies africaines. « …à un moment où leur accès aux financements à taux presque nul est intact, contrairement aux pays africains », a-t-il ajouté.

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus