Covid-19 : la CEMAC en passe de demander l’annulation de ses dettes extérieures

Réunis le 28 mars 2020 à Brazzaville, au Congo, les ministres en charge de l’Economie et des Finances des pays membres de la CEMAC (Cameroun, Centrafrique, Congo, Gabon, Guinée équatoriale et Tchad) ont recommandé aux Etats de négocier collectivement et d’obtenir pour tous les Etats, l’annulation de l’ensemble de leurs dettes extérieures.

Au cours de la troisième session extraordinaire du Comité de pilotage (Copil) du Programme des réformes économiques et financières de la CEMAC (Pref-Cemac), à Brazzaville, plusieurs ministres en charge de l’Economie et des Finances des pays membres ont fait une proposition aux Etats.

Selon le communiqué final de cette session axée sur les « Incidences économiques et financières du Covid-19 sur les économies de la Cemac et esquisses de solutions », les ministres « ont recommandé aux États de négocier collectivement et d’obtenir pour tous les États, l’annulation de l’ensemble de leurs dettes extérieures ».

Le même communiqué précise également que cette démarche collective vise à donner aux pays de la CEMAC « des marges budgétaires leur permettant de faire face à la fois à la pandémie et à la relance future sur des bases saines, de leurs économies ».

Les statistiques de la BAD

Selon le rapport 2019 sur les perspectives de l’Afrique centrale, la Banque africaine de développement (BAD) a fait une analyse de la dette des pays de la sous-région. A en croire les statistiques de la BAD, la dette extérieure de la Cemac représente 27% du PIB de la zone en 2018. La semaine dernière, le président sénégalais, Macky Sall, a demandé l’annulation de la dette africaine en raison de la pandémie de coronavirus qui, selon lui, « aura un impact durable sur son économie ».

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus