Gouvernance sous Talon: 4 ans d’espoir trahi sur tous les plans, selon Amissétou Affo Djobo

Investi le 6 avril 2016, Patrice Talon vient de faire 04 ans à la tête du Bénin. Si, pour les proches collaborateurs du président de la République, ces années constituent une épopée à reconduire, pour l’ancienne député, Amissétou Affo Djobo, il s’agit plutôt de 04 ans d’espoir trahi.

A un an de la fin de son premier mandat constitutionnel, que peut-on retenir du bilan du président Patrice Talon? Si, dans l’environnement proche du chef de l’Etat, on s’active pour célébrer 04 ans de réalisations, au sein de l’opinion publique, le bilan reste mitigé. Dans une publication sur sa Page Facebook, l’ancienne parlementaire, Amissétou Affo Djobo, présente sa lecture de ce qu’a été les 04 ans de gouvernance sous le régime de la rupture.

Le bilan, à son entendement, n’est pas reluisant. « Aujourd’hui, 4 ans que l’équipe de la « rupture » dirige le Bénin. Le seul bilan qui capte l’attention, c’est qu’ il s’agit des espoirs trahis. », lit-on dans son post. Selon elle, l’échec est à tous les niveaux: sur les plans économique, diplomatique, politique et surtout social. « Tout le peuple se sent trahi et c’est bien dommage pour un homme en qui ce même peuple croyait et prenait comme celui, capable de véritablement faire décoller le pays.« , se désole-t-elle.

A Lire aussi: Bénin: « Je suis triste pour Boni Yayi », Amissétou Affo Djobo

Mais le niveau d’échec, qui la révolte le plus, se situe au niveau de la promotion du genre. Le régime, justifie-t-elle, a été installé grâce à la bravoure des femmes. Des femmes qui se sont vraiment engagées pour la cause, dans l’espoir de se faire représenter qualitativement et quantitativement, mais malheureusement, constate-t-elle, les dirigeants actuels du pays considèrent très peu la promotion de la femme et son émancipation.

« Ils agissent tous comme si la femme n’a pas sa place. Et sur ce plan, c’est une grave erreur de gouvernance puisque la femme est l’aisance même du développement« , laisse-elle entendre. L’ancienne député affirme par ailleurs qu’elle a été très choquée, déjà dès l’annonce du premier gouvernement en 2016 de Patrice Talon, où il disait qu’il ne fera pas du genre, de l’équilibre régional. Aussi, en ce jour d’anniversaire du pouvoir Talon, la politique invite les femmes à changer de stratégie de combat pour reprendre les places qui sont les leurs. Elle s’engage d’ailleurs pour la cause de la femme et surtout des jeunes filles.

« Mais, en ma qualité d’acteur politique, je me bats et je me battrai pour l’éducation des jeunes filles et leur maintien dans ces lieux d’instruction. Ensuite, comme je le fais toujours, je m’engagerai pour leur réelle promotion suivant leurs mérites et leurs compétences. », s’engage-t-elle.

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus