Au Bénin, deux personnes meurent par jour par accident

Les actions de sensibilisation des organisations non gouvernementales et du centre national de sécurité routière ont eu quelques impacts sur la fréquence des accidents de circulation. C’est le constat fait par les autorités  en charge de la sécurité routière lors de leur présentation hebdomadaire des cas d’accident sur les routes béninoises la semaine écoulée.

Selon le Centre national de sécurité routière, l’imprudence et surtout  l’excès de vitesse des conducteurs qui n’observent pas les prescriptions du Code de la route, sont à l’origine de plusieurs cas d’accidents. « Deux personnes meurent par jour par accident, soit 700 par an. Ce sont des chiffres qui donnent de l’émoi », affirment les responsables du centre.  Généralement, la veille des fêtes de fin d’année est une période au cours de laquelle le taux d’accident croît considérablement, précisent-ils. Selon le rapport des accidents publié par le Centre national de sécurité routière (Cnsr), grâce au Bulletin annuel des accidents constatés (Baac), le Bénin a enregistré 700 morts par an, à raison de 2 morts par jour entre 2015 et 2016.

En outre, 14 blessés et 16 accidents ont été dénombrés par jour. Les samedis sont les jours où les accidents se produisent le plus. Les pertes en vies humaines sont plus enregistrées les dimanches. Les chiffres publiés par le Cnsr révèlent que février et décembre sont les mois les plus dangereux en matière d’accidentologie dans Cotonou. Les chiffres tournent autour de 22 morts. Mais, avec les mesures instaurées, les tendances ont été inversées. On dénombre environ 6 ou 7 morts.

A Lire aussi: Bénin – Fête du travail: voici le cahier de doléances des travailleurs

Selon le chargé de la communication du Cnsr, les couches d’âge comprises entre 15 et 25 ans payent le lourd fardeau en matière d’accidentologie dans les villes. Ils représentent plus de 50% de morts résultant des cas d’accidents. Les heures de pointe sont les plus dangereuses, mais les heures creuses sont celles où le nombre de morts s’élève le plus à cause de l’excès de vitesse qui est d’ailleurs la principale cause; selon des informations concoctées le cnsr.

Neuf décès enregistrés du 20 au 26 Avril 2020

Neuf (09) cas de décès dus aux accidents de circulation sont enregistrés au cours de la semaine du 20 au 26 avril 2020.  Selon le point fait par le commandant Dadis Ahouangbénon, chef bureau opérations et catastrophes du Groupement national des sapeurs pompiers (Gnsp), sur 184 interventions au total, 9 décès ont été enregistrés dont quatre avant l’arrivée des secours et cinq après évacuation dans un centre sanitaire.

En guise d’illustration, le commandant a évoqué l’accident survenu le lundi 20 avril 2020 à 15 heures. « Les secours sont intervenus pour un accident de la voie publique à pk3 sur la route de Porto-Novo. Il s’agissait d’un véhicule d’immatriculation personnelle conduite par une dame qui après avoir perdu le contrôle, est entré dans une boutique occasionnant quatre victimes qui, après le bilan, présentaient différents traumatismes. Ces dernières furent prises en charge et évacuée au Centre national hospitalier et universitaire (Cnhu) où, après examen, le médecin a déclaré la mort de l’une d’entre elles » a-t-il fait savoir.

Par ailleurs, poursuit-il, dans la matinée du dimanche 26 avril en face de l’hôpital Sainte Bakitha à Natitingou, une motocycliste a fait une chute libre de sa moto suite à l’éclatement de son pneu occasionnant trois victimes. Deux d’entre elles avec différents traumatismes ont été prises en charge et évacuées à l’hôpital. La troisième est malheureusement décédée avant l’arrivée des secours. Face à ces différents cas d’accident de circulation, le chef bureau opérations et catastrophes du Groupement national des sapeurs pompiers invite les usagers de la route à plus de prudence et au respect du code de la route.

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus