Bénin – Arrestation de 02 magistrats: Gerdess-Afrique appelle au respect de la procédure

Deux magistrats ont été déposés, tôt, ce mardi 26 mai, à la prison civile de Missérété pour corruption et complicité de corruption. Dans un communiqué rendu public, ce jour, Gerdess-Afrique plaide pour le respect de la procédure, afin de préserver ce qui reste d’indépendance à la magistrature.

Le président du Groupe d’étude et de recherche sur la démocratie et le développement économique et social en Afrique ( Gerdess-Afrique), Me Sadikou Alao, désapprouve la manière dont le procureur de la république près le tribunal de Kandi et son substitut ont été déposés en prison.

Dans un communiqué en date de ce mardi 26 mai 2020, le praticien du droit évoque les articles 634 et suivants du code de la procédure pénale, qui oblige, pour mettre en cause la responsabilité du magistrat, à recourir à une procédure spéciale, impliquant la cour suprême.

A lire aussi: Bénin: on en sait un peu plus sur les raisons de l’arrestation du procureur de Kandi

A en croire Me Sadikou Alao, pour le parquet, l’opportunité  des poursuites est considérée comme un domaine exclusif de la notion de faute qui repose sur la double fiction: la qualité de l’auteur et la finalité qui lui est assignée, à savoir l’intérêt général, qui impliquerait la présomption irréfragable de compétence. A cet effet, précise-t-il, une décision de « classement sans suite » des magistrats du parquet ne peut emporter une poursuite pénale.

Le magistrat béninois ne doit pas être plus fragilisé qu’il ne l’est déjà 

Pour le président du Groupe d’étude et de recherche sur la démocratie et le développement économique et social en Afrique ( Gerdess-Afrique), Me Sadikou Alao, il faut travailler à préserver le reste de l’indépendance de la magistrature.

A lire aussi: Bénin: Dossier libération de terroriste: 1er échec des conseils des 2 magistrats

Il fait observer que la sempiternelle surenchère entre les obligés du pouvoir exécutif est bien connue dans les Etats africains, en général, et au Bénin, en particulier. Pour finir, il lance un appel au gouvernement, afin qu’il assure le respect des droits des magistrats et au peuple béninois leur soutien pour la préservation d’un Etat de droit.

 

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus