Bénin: Candide Azannaï se souvient de son arrestation manquée

4 mai 2015 – 4 mai 2020. Il y a exactement cinq ans que le président du parti Restaurer l’Espoir, Candide Azannaï, a failli être pris par les forces de l’ordre lourdement armées. Il s’en souvient et remercie ceux qui l’ont soutenu à l’époque.

Candide Azannaï n’a pas pu oublier ce qui lui est arrivé ce 4 mai 2015. Alors qu’il était loin d’imaginer qu’une horde d’hommes en armes allait débarquer chez lui pour le capturer, tel un délinquant, l’ordre a été donné d’aller le chercher, « vivant ou mort ». Malheureusement, la jeunesse de Cotonou veillait au grain. L’opération a mal tourné et failli même embrasé le pays.

Fort heureusement, Candide Azannaï a appelé au calme. Il avait, en son temps, demandé à tous ceux qui le défendaient de mettre de l’eau dans leur vin. La situation avait été ainsi maîtrisée. Quatre ans après, il dit merci à tous ceux qui l’avaient soutenu. Il rappelle qu’il a pardonné mais ne va jamais oublier ce jour sombre de l’histoire démocratique du Bénin.

Rappel des faits

C’était à un moment où l’atmosphère était très tendue entre le chef de l’Etat d’alors et son ancien ministre. Les deux s’attaquaient par médias interposés et via les réseaux sociaux. Au petit matin du 4 mai 2015, des hommes en uniforme lourdement armés étaient allés chercher Candide Azannaï à son domicile à Cotonou. L’alerte a été donnée très tôt et plusieurs personnalités sont allées à son secours après le soulèvement populaire. C’est alors que le patron des le police d’alors brandit une convocation qui, selon les explications de la hiérarchie, tenait lieu d’un mandat d’amener. Les dégâts enregistrés étaient énormes mais le pire a été évité de justesse.

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus