Bénin – Test à l’aéroport: Constant Sinzogan y voit une dimension injuste et dolosive

Le gouvernement prend de nouvelles dispositions de lutte contre la Covid-19 au niveau de l’aéroport de Cotonou. De la quarantaine systématique, on passe désormais au dépistage systématique imposé à tous les voyageurs à destination de Cotonou. Mais le hic, c’est le montant annoncé qui fait polémique.

Imposer un montant de 100.000 FCFA, pour faire un test de dépistage aux passagers en direction de Cotonou, est perçu pour certains comme une mesure injuste. C’est le cas de Constant Sinzogan, qui, dans une analyse de la mesure du gouvernement du Bénin, estime qu’il y a un risque de faire de la destination de Cotonou, une destination onéreuse. Dans son analyse, il ne remet pas en cause l’option du dépistage systématique; mais le hic, affirme-t-il, «  c’est quand on exige du voyageur le paiement du test à hauteur de 100.000 FCFA. Soit 153 euros. Or le même test coûte en moyenne 53 euros, soit 30.000 FCFA en Europe et moins de 30.000 FCFA dans le reste du monde. » Pour Constant Sinzogan, cette hausse ne se justifie pas. Pour lui, le test de covid-19 entre dans la politique publique de lutte contre le virus, comme le Bénin l’envisage. Il est partout gratuit, et si c’est une démarche d’un particulier qui voulait faire le test, il est remboursé par l’assurance maladie ou la prise en charge de soins par l’État (si cette personne est couverte). Selon lui, dans la plupart des cas, le test est gratuit et si par extraordinaire ce n’est pas gratuit, il n’est pas à 100 mille francs, mais à 30.000 francs.

A Lire aussi: Covid-19 au Bénin: dépistage systématique des voyageurs à destination de Cotonou

Allant plus loin dans son analyse, Constant Sinzogan estime que le caractère obligatoire, le cordon douanier que constitue un aéroport et le tarif qui ne respecte pas celui pratiqué sur le marché, sont constitutifs de la création d’une « nouvelle taxe« , ni plus ni moins. La conséquence, prévient-il, c’est qu’une nouvelle taxe sur la destination Bénin sera irrémédiablement sévère. « Cette destination pourrait être écartée au profit d’autres pays voisins, et si c’est un citoyen béninois à l’extérieur qui voulait rentrer dans son pays, il peut ne plus descendre. Car 100.000 FCFA sur un budget de voyage semble insignifiant, mais il est suffisamment important pour faire basculer une décision en défaveur de la destination Bénin.« ? affirme-t-il. Au demeurant, il estime que cette mesure se trouve un peu en porte-à-faux avec l’ambition du gouvernement de faire du Bénin un pôle touristique de la sous-région.

 Impact économique de la décision

A en croire Constant Sinzogan, la décision du gouvernement, de procéder à des tests systématiques à un montant qui pourrait atteindre 100.000 FCFA, ne sera pas sans conséquence économique. Selon lui, le séjour d’un touriste ou d’un Béninois de la diaspora, c’est de la consommation, c’est l’apport de devises, c’est de l’emploi, c’est tout un tissu économique, dont le bénéficiaire final est le trésor public par les impôts directs et les effets connexes de la consommation qu’est la TVA. Aussi, estime-t-il que le gouvernement du président Patrice Talon est dans une dynamique de « l’avarice qui perdrait tout en voulant tout gagner » en se référant à la sagesse de La Fontaine. « Et il y a une dimension injuste et dolosive dans l’institution de cette taxe. C’est quand au nom de la lutte contre la Covid 19, le Bénin a reçu des dons, a bénéficié d’aides multilatérales comme bilatérales, a bénéficié de programmes d’effacement et de moratoire sur certaines de ses dettes, a lancé sur le marché obligataire des bons de trésor et a levé 130 milliards et qu’au final il mercantilise un pan important de cette stratégie de lutte.« , se désole-t-il.
1 commentaire
  1. TOUTOUOLA dit

    Je suis d’accord avec cette analyse. Rien ne justifie d’abord qu’on impose à quiconque un test covid-19, sauf cas de suspicion et c’est clairement de l’ordre du médical et cela ne peut qu’ être la conséquence d’une prescription par un médecin. Ensuite, le prix doit impérativement être cadré et à hauteur des tarifs appliqué un peu partout (53e soit 30.000cfa environ). Enfin, ce serait une erreur de la part du gouvernement de se mettre dans une posture de raquetteur au prétexte d’une sécurité sanitaire. Je dirais que c’est totalement illégal et immoral.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus