Burkina Faso: sept morts dont deux soldats lors d’une attaque dans le nord

Des sources sécuritaires ont annoncé, lundi, la mort de sept personnes, dont deux soldats, dans une attaque contre un détachement militaire dans le nord du Burkina Faso.

« Une unité du détachement militaire de Banh (province du Loroum) a subi une attaque ce lundi lors d’une patrouille dans cette zone. Deux militaires ont été tués ainsi que cinq civils« , a indiqué à l’AFP une source sécuritaire. D’après la même source, les civils décédés sont des volontaires recrutés par l’Etat pour combattre aux côtés des forces de défense et de sécurité.

A LIRE AUSSI: Burkina: 12 détenus soupçonnés de terrorisme retrouvés morts en cellule

Le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM), principale alliance djihadiste du Sahel, affiliée à Al-Qaïda, basée au Mali, a revendiqué l’attaque, affirmant avoir tué « neuf soldats » lors d’une « embuscade« , et pris des armes et des véhicules.

A LIRE AUSSI: Burkina Faso: la statue corrigée de Thomas Sankara dévoilée

Dans la région du nord Burkina, huit soldats avaient été tués le 11 mai, dans une attaque à Kankanfogouol, selon l’armée, qui avait affirmé avoir neutralisé une vingtaine de terroristes en réaction à cette embuscade près de la frontière nigérienne. Pays pauvre du sahel, l’ex-Haute Volta est en proie à de fréquentes attaques djihadistes, souvent entremêlées à des conflits inter-communautaires. Elles ont fait plus de 850 morts depuis 2015, et contraint près de 840.000 personnes à fuir leurs foyers.

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus