Cameroun: soldats et djihadistes s’entre-tuent dans l’Extrême-nord en proie à l’insécurité

Dans l’Extrême-nord du Cameroun, deux soldats ont été tués et cinq autres blessés dans une attaque contre le poste militaire de Soueram, dans cette région en proie à l’insurrection.

Le groupe djihadiste ISWAP s’est attaqué, dans la nuit du lundi au mardi 26 mai, à un poste militaire dans la commune de Fotokol à la frontière avec le Nigéria. De sources sécuritaires, l’attaque a coûté la vie à deux soldats et blessé cinq autres. Un véhicule de l’armée a été détruit et une pièce d’armement lourd emportée par les djihadistes, selon un officier supérieur.

A LIRE AUSSI: Cameroun: assassinat du maire de Mamfe, dans le Sud-Ouest anglophone

La riposte de l’armée a permis de neutraliser cinq assaillants lors des échanges de tirs. L’attaque est imputée aux combattants de l’ISWAP, branche dissidente du groupe terroriste nigérian, Boko Haram, actif dans la région. L’extrême-nord du Cameroun, une région coincée entre le Nigeria et le Tchad, est la cible d’attaques répétées de Boko Haram et l’ISWAP, qui s’en prennent régulièrement aux civils et aux forces de sécurité dans les trois pays.

A LIRE AUSSI: Cameroun : Charlotte Dipanda appelle Paul Biya à « divorcer » d’avec le pouvoir

Malgré les efforts du gouvernement camerounais à mettre fin aux conflits, la partie septentrionale reste en proie à l’insurrection. Ce qui favorise parfois l’incursion des groupes armés.

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus