USA: Prêt à tirer des «conclusions très significatives» sur la Covid-19, un scientifique tué par balles

Bing Liu, un chercheur confirmé de l’université de Pittsburgh, a été retrouvé mort par balles à son domicile, samedi. Le scientifique était, selon son employeur, sur le point de faire des “découvertes majeures” sur la Covid-19.

L’assassinat de ce professeur est-il lié à ses avancées majeures sur la Covid-19? Le professeur Bing Liu, de l’Université de Pittsburgh, allait publier cette semaine les résultats d’une découverte sur la Covid-19. Il a été retrouvé mort chez lui, le corps criblé de balles.

Un homme non identifié a également été retrouvé mort dans sa voiture près des lieux du crime. Les enquêteurs le soupçonnent d’avoir abattu le scientifique qui faisait des recherches sur un traitement contre la covid-19, avant de retourner dans sa voiture et de mettre fin à ses jours. « Bing était sur le point de faire des découvertes très importantes pour comprendre les mécanismes cellulaires qui sous-tendent l’infection par le SARS-CoV-2 », ont ajouté ses collègues. Les raisons de son homicide restent inconnues à l’heure actuelle.

L’assassinat est-il lié à ses avancées majeures sur la Covid-19?

L’université de Pittsburgh a réagi à cette disparition et s’est dite « profondément attristée par la mort tragique de Bing Liu, un chercheur prolifique et un collègue admiré de Pitt ». Selon la chaîne locale, Actions News 4, le présumé tireur, âgé de 46 ans, s’appelait Hao Gu.

Les enquêteurs pensent que les deux hommes se connaissaient et ajoutent que les origines chinoises de la victime n’ont aucun lien avec son assassinat. Ils s’interrogent, par contre, encore sur le ou les mobiles de ce meurtre suivi d’un suicide.

Chutes suspectes de scientifiques en Russie

En Russie, trois médecins et chercheurs ont curieusement chuté en tombant ou sautant de leur fenêtre, au cours des dernières semaines. Deux d’entre eux sont décédés, le troisième est dans un état critique. L’affaire a été très médiatisée, car avant les drames, ils s’étaient tous montrés critiques envers la gestion du gouvernement de la crise sanitaire. Selon des proches, il s’agit de suicides et tentative de suicide en rapport avec la pression professionnelle liée à la crise du coronavirus. Mais The New York Times craint, lui, que leur mort ne soit le fait du gouvernement, en raison des critiques qu’ils ont osé émettre publiquement.

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus