Bénin: l’UPMB insiste sur la relecture du Code du numérique

En réagissant à la libération d’Ignace Sossou, le mercredi 24 juin 2020, la présidente de l’Union des professionnels des médias du Bénin (UPMB) est revenue sur la nécessité de toiletter le code du numérique. Elle a dénoncé les dispositions liberticides de ce code, brandi pour justifier l’emprisonnement du journaliste.

La libération du journaliste Ignace Sossou, emprisonné pour avoir tweeté des propos du procureur Mario Mètonou, réjouit l’Union des Professionnels des médias du Bénin (UPMB). « C’est un jour de grand soulagement pour l’ensemble des acteurs des médias et citoyens épris de liberté et de justice dans notre pays », dixit Zakiath Latoundji, présidente de l’UPMB.

Dans sa réaction, elle a réaffirmé l’engagement de son institution à travailler pour la relecture du code du numérique, qui semble remettre en cause la dépénalisation du délit de presse, consacrée par le code de l’information. « L’UPMB va poursuivre son plaidoyer pour la relecture de cette loi, qui fait reculer le Bénin sur la voie de la promotion de la liberté d’expression et plus spécifiquement de la liberté de la presse dans la sous-région », a-t-elle assuré.

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus