Dégradation du contexte sécuritaire: « Roch Kaboré a fait reculer le Burkina Faso »

L’opposition burkinabé a rendu responsable le président Roch Marc Kaboré de la dégradation de la situation sécuritaire dans le pays, depuis son arrivée au pouvoir en décembre 2015.

En conférence de presse à Ouagadougou, mardi dernier, l’opposition burkinabé a accusé le président Roch Marc Christian Kaboré d' »avoir fait reculer le Burkina Faso« , en proie à une multiplication des attaques djihadistes, depuis plusieurs années. « Roch Kaboré a fait reculer le Burkina Faso avec plus de 2.000 morts, plus de 4.000 écoles fermées, le tiers du territoire occupé par les terroristes, et près d’un million de déplacés internes« , a déclaré le président du Rassemblement des écologistes du Burkina Faso (RDEBF), Adama Séré.

A LIRE AUSSI: Burkina Faso: au moins 15 civils tués dans une attaque djihadiste

Face à la dégradation de la situation sécuritaire, l’opposition estime que le chef du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) devrait demander pardon au peuple burkinabè et aux ancêtres après avoir trahi son serment. Ces derniers jours, les forces armées burkinabé et les civils ont été ciblés dans plusieurs attaques dans la région sahel.

« Renoncer à un second mandat »

Pour l’opposition, Roch Kaboré devrait, par dignité, « renoncer à solliciter un second mandat à ce peuple qui a tant souffert de sa gestion chaotique« . Au pouvoir depuis 2015, candidat à sa propre succession, le président Kaboré devrait être investi le 11 juillet, lors d’un congrès extraordinaire de son parti. Pour ce scrutin très attendu, le parti de l’ex-président Blaise Compaoré a déjà désigné son candidat.

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus