« Il n’aura pas l’acte 3 de la tragédie », Joseph Tamègnon sur la présidentielle de 2021

Au lendemain des dernières élections communales et municipales, la question de la suppression du parrainage du code électoral nourrit la polémique dans le milieu politique. Pour Joseph Tamègnon, aucune disposition exclusive n’aura droit de cité pour l’élection présidentielle de 2021.

L’ancien directeur général de la société de gestion des marchés autonomes, Joseph Tamègnon, reste assez optimiste sur l’élection présidentielle de 2021. Invité en fin de semaine dernière dans l’émission « Parole aux experts » sur un forum, le cadre de l’ancien parti de la Renaissance du Bénin rassure de l’ouverture de l’élection présidentielle de 2021 à tous ceux qui souhaitent y prendre part.

Pour Joseph Tamègnon, il n’y a pas de doute que l’organisation de l’élection présidentielle de 2020 soit différente des élections législatives de 2019 et celles communales et municipales de 2020. «  Patrice Talon a été élu Président de la République pour un mandat de cinq ans. Le 06 avril 2021, un Président prêtera serment. Ce Président sera élu dans la transparence avec la participation de tout le peuple », a fait remarquer l’acteur politique.

Pour lui, il n’y a pas de crainte possible à avoir, quant à la participation de tous à la compétition. Aussi, invite-t-il toute personne, ayant une ambition de servir l’Etat dans la plus haute fonction, à se préparer pour 2021, sans tenir compte d’une quelconque barrière législative ou administrative.

Il n’y aura pas l’acte 3 de la tragédie

A en croire l’ancien DG de la SOGEMA, l’adage qui dit « qu’il n’y a jamais deux sans trois » ne se confirmera pas en 2021. C’est vrai, indique-t-il, le président avait suffisamment averti que, pour gagner les élections, il faut empêcher la compétition. « Mais nous voudrions à notre tour le prévenir: il n’aura pas l’acte 3 de sa tragédie« , a-t-il indiqué.

Pour l’ancien cadre du parti de la Renaissance du Bénin de l’ex-doyenne d’âge, Rosine Vieyra Soglo, beaucoup de personnes concentrent leur attention sur le système de parrainage qu’ils trouvent exclusif. En réalité, précise-t-il, il n’y a pas que le système de parrainage qui est exclusif.

En dehors du système de parrainage, pour s’assurer de la transparence d’une élection présidentielle, en 2021, il faut également revoir les composition de l’actuelle cour constitutionnelle et celle de la commission électorale nationale autonome.

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus