Crise libyenne: « La solution n’est pas militaire mais plutôt politique »

En visite de travail à Moscou, le ministre algérien des affaires étrangères Sabri Boukadoum, a déclaré que son pays s’active et mettrait tout en oeuvre pour éviter une escalade militaire en Libye.

Lors de sa conférence de presse en Russie, le chef de la diplomatie algérienne Sabri Boukadoum a félicité les pays voisins qui s’échinent inlassablement pour le retour à la paix en Libye, rappelant que l’Algérie avait initié une réunion avec l’Egypte et la Tunisie et a ouvert un dialogue avec les six pays voisins de la Libye. Déclarant la position de son pays sur la situation que traverse la Libye actuellement, il a indiqué que l’Algérie s’évertue corps et âme pour « une solution politique » dans ce pays d’Afrique du Nord.

En œuvrant pour « une solution politique », « l’Algérie reste à équidistance vis-à-vis de toutes les parties libyennes », a précisé le ministre. Dans le même contexte, Sabri Boukadoum a indiqué que l’Algérie « s’attelait actuellement à l’élimination de toute cause menant à l’escalade militaire en Libye », et qu’elle  » poursuivra cette action en tentant d’en convaincre toutes les parties », d’autant qu’elle est « convaincue que la solution en Libye n’est pas militaire mais plutôt politique ».

« Tout ce qui impacte la Libye impacte l’Algérie, l’intérêt de tous réside en la paix dans ce pays », a-t-il enchaîné.

Présent à cette conférence de presse, le ministre russe des affaires étrangères M. Lavrov a déclaré que la Russie communique avec l’Algérie pour le règlement politique des conflits dans la région.

 

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus