France: une fusillade en plein jour sur fond de trafic de drogue (Vidéo)

Des coups de feu ont été tirés en plein jour devant un supermarché du quartier sensible des Moulins à Nice, connu pour être un lieu de trafic de drogue, a appris l’AFP de source policière.

C’est la 11e fusillade à Nice depuis le mois de janvier. Ce lundi 20 juillet dans le capitale du département des Alpes-Maritimes sur la Côte d’Azur, une fusillade a éclaté en plein jour, sur fond de trafic de drogue.

A 9h31, devant un supermarché, « des détonations ont été entendues et des jeunes se sont mis à courir. Le quartier a été bouclé, des douilles retrouvées mais personne n’a été blessé », détaille une source policière. Une vidéo mise en ligne par un résident fait entendre la fusillade et montre des hommes en train de courir au loin.

Dans un communiqué, le maire Les Républicains de Nice Christian Estrosi a demandé des «moyens supplémentaires» et un «plan d’action immédiat permettant de rétablir l’ordre», jugeant la situation «très préoccupante». «Si l’État n’est plus en capacité de mettre en place les moyens nécessaires, qu’il confie aux maires qui le souhaitent la possibilité de pouvoir agir plus fortement», a ajouté le maire.

Troisième fusillade en un mois dans ce quartier

Le quartier des Moulins, à l’ouest de la ville, est connu pour être un haut lieu du trafic de drogue, nous rapporte BFMTV. Les contrôles de police sont renforcés et les forces de l’ordre tentent de démanteler les trafics dans les immeubles. C’est dans ce contexte tendu que deux personnes sont mortes dans des fusillades au cours des dernières années, semblant systématiquement se dérouler sur fond de trafic de drogue, selon les enquêteurs.

Une enquête pour « tentative d’homicide » a été ouverte et confiée à la police judiciaire de Nice pour tenter d’identifier les personnes impliquées dans la dernière fusillade en date. Selon des informations de Nice Matin, trois personnes ont été interpellées. Ces dernières n’ont pas de lien avec l’événement mais pourraient fournir des informations utiles aux enquêteurs.

«Une unité de force mobile composée d’une soixantaine d’agents va être dépêchée sur place», a indiqué dans la soirée l’entourage du ministre à l’AFP, après des échanges avec les cabinets de Christian Estrosi et du député LR des Alpes-Maritimes Éric Cotti, confirmant une information de Nice-Matin.

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus