Ligue des champions : le président de la Liga, Javier Tebas, réagit à la levée de la sanction de Man City

Le président de la Liga, Javier Tebas, s’est montré particulièrement furieux de la levée de la suspension de Manchester City des prochaines Ligues des champions. Le patron du foot espagnol va jusqu’à mettre en doute, les compétences du Tribunal arbitral du sport (TAS).

Le Tribunal arbitral du sport (TAS) a annoncé, ce lundi, avoir levé la suspension de Manchester City des deux prochaines éditions de la Ligue des champions. Le tribunal a également réduit l’amende infligée aux Skyblues par l’UEFA, de 30 millions à 10 millions d’euros. Le TAS a justifié sa décision en expliquant que la plupart des violations présumées, signalées par la chambre d’arbitrage de l’organe de contrôle financier des clubs (CFCB), n’étaient pas établies ou étaient désormais prescrites. « À l’issue de l’audience, le comité du TAS a délibéré et conclu que la décision rendue le 14 février 2020 par la chambre d’arbitrage devait être annulée et remplacée par la suivante : Manchester City a contrevenu à l’article 56 du Règlement sur les licences des clubs et le fair-play financier. Manchester City paiera une amende de 10 000 000 EUR à l’UEFA, dans un délai de 30 jours, à compter de la date de délivrance de la sentence arbitrale », a déclaré le TAS sur son site officiel.

Une décision qui a déclenché une avalanche de réactions chez les acteurs du ballon rond. Si, en Angleterre et à Manchester City, on se réjouit du verdict rendu par le TAS, c’est la colère et l’incompréhension qui s’observent sur les visages en Espagne. Pour le président de la Liga, ce délibéré est complètement absurde et ne reflète en rien l’affaire portée devant la juridiction internationale. Le patron du foot espagnol, qui accuse depuis des années le club anglais de dopage financier, estime qu’une commission d’enquête soit mise sur pied pour vérifier si c’est effectivement les juges de la TAS qui ont rendu ce verdict.  « Le TAS n’est pas à la hauteur. Nous devons réévaluer s’il s’agit du bon organisme », lance-t-il.

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus