Gabon : « Ce bac n’est pas comme les autres bacs, il est un peu spécial »

Les épreuves du Baccalauréat 2020, qui étaient prévues pour juin, ont enfin débuté le jeudi 20 août. Environ 30 000 candidats sont en lice. La pandémie du coronavirus, à l’origine du retard dans le déroulement des épreuves, est dans tous les esprits.

Selon Rfi, au lycée national Léon Mba à Libreville, au Gabon, élèves et surveillants se dirigent vers les salles d’examen. Il faut d’abord se laver les mains, se prendre la température et porter un masque. Les candidats parlent déjà d’un bac exceptionnel. « Le coronavirus permet de dire que ce bac n’est pas comme les autres bacs. Il est un peu spécial », témoigne un des candidats, qui précise vouloir devenir plus tard chef d’entreprise.

L’année a été particulièrement longue et mouvementée. En janvier, le gouvernement avait ordonné l’arrêt des cours à cause d’une folie d’enlèvements d’écoliers dans les rues. Les cours venaient donc de reprendre début mars, la pandémie du coronavirus ayant tout paralysé; ce qui fait que les cours ont été suspendu pendant près de 5 mois.

A cet effet, les candidats sont marqués, notamment par la pandémie du coronavirus. « C’est le coronavirus qui nous a tués, sincèrement. On n’a pas étudié comme on le voulait. Ce n’est pas tout le monde qui peut étudier correctement à la maison sans professeurs, sans rien », relate un étudiant.

À cause de tous ces problèmes, le gouvernement a annulé le CEP et le BEPC. L’admission à ces examens s’est donc faite sur la base des notes de classe. 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus