3e mandat: Ouattara et Condé, les indésirables de la CEDEAO?

Le président de la Guinée Conakry, Alpha Condé, et son homologue ivoirien, Alassane Ouattara, semblent ne plus être les bienvenus au sein de la CEDEAO. Leur volonté de briguer un 3e mandat, met en rogne certains de leurs pairs.

Alassane Ouattara et Alpha Condé ont fait acte de candidature dans leurs pays respectifs. Cette volonté manifeste de prolonger leur séjour à la magistrature suprême ne rencontre pas l’assentiment de certains de leurs homologues de la CEDEAO. Et de ce fait, ils ne cessent de recevoir des piques à chaque séance de la CEDEAO.

A lire Aussi: Coup d’Etat au Mali : Umaro Sissoco Embaló dézingue Alassane Ouattara et Alpha Condé à la CEDEAO

En effet, au sommet extraordinaire de la Cedeao sur le Mali, jeudi 20 août 2020, le président bissau-guinéen, Umaro Sissoco Embaló, n’a pas lésiné avant de cracher ses quatre vérités aux présidents, Alassane Ouattara et Alpha Condé. « Si l’on doit condamner les militaires à l’origine du putsch, la conférence devrait aussi condamner les pairs qui souhaitent faire un 3e mandat. », a martelé le président de la Guinée Bissau. Une déclaration qui a mis mal à l’aise Condé et Ouattara. Pour Umaro Sissoco Embaló, le troisième mandat est aussi un « coup d’Etat ».

Buhari en soutien à Umaro Sissoco Embaló

Au sommet de la CEDEAO à Niamey, la capitale nigérienne, le lundi 07 septembre 2020, c’est un poids lourd de l’organisation sous-régionale qui a remonté les brettelles aux présidents, Ouattara et Condé. Devant le pupitre de la Cedeao, le président du Nigéria, Muhammadu Buhari, a appelé les chefs d’Etat ouest-africains à respecter la constitution de leur pays et à ne pas penser au prolongement de leurs mandats. Si par respect, le chef d’Etat nigérian n’a pas été nominatif dans son discours, il est important de préciser que seuls Alpha Condé et Alassane Ouattara sont candidats à un « troisième mandat ».

A lire Aussi: Coup d’Etat au Mali: Muhammadu Buhari sort de ses gonds

« Il est important qu’en tant que dirigeants de nos différents États membres de la Cedeao, nous respections les dispositions constitutionnelles de nos pays sur la limitation des mandats. Cela génère des crises et des tensions politiques dans notre région », a martelé Buhari lors du 57e sommet des chefs d’Etat de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO).

« L’opposition s’oppose »

En Côte d’Ivoire comme en Guinée Conakry, l’opposition juge « illégale » et « anticonstitutionnelle » une nouvelle candidature d’Alassane Ouattara et Alpha Condé. Les leaders de l’opposition, annonçant de fortes actions dans les jours à venir, ont assuré qu’ils vont user de tous les moyens possibles pour faire bloc à toute violation fragrante des textes fondamentaux.

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus