Nigéria – EndSars: Obasanjo accuse Muhammadu Buhari

L’ancien président nigérian, Olusegun Obasanjo, a condamné les tirs sur des manifestants réclamant une réforme de la police et a conseillé au président Muhammadu Buhari d’«empêcher l’armée et les autres agences de sécurité d’utiliser la force brutale pour mettre fin à la crise».

Au lendemain de ses sages conseils au président nigérian Muhammadu Buhari concernant les manifestations EndSARS, Olusegun Obasanjo est revenu à la charge pour cette fois-ci accuser l’Etat central d’avoir alimenté l’escalade de la violence et des affrontements dans plusieurs régions du pays. Hier mardi, des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre ont fait un mort à Lekki dans l’Etat de Lagos. Pour l’ancien dirigeant nigérian, son successeur a manqué de sang-froid dans le règlement de ce bras de fer.

A lire aussi : Nigeria EndSARS : Nicki Minaj, Rihanna, Beyoncé prêtent main forte aux manifestants

« Il est clair que M. le président et ses lieutenants n’ont pas épuisé les opportunités de dialogues avec les manifestants avant d’aboutir à l’usage de la force », a déclaré Obasanjo dans un communiqué ce mercredi. « C’est pire qu’il y ait un déni d’actes répréhensibles malgré des preuves visuelles accablantes », a-t-il ajouté. L’incident de Lekki a été condamné par de nombreux Nigérians, dont le gouverneur Babajide Sanwo-Olu, qui a promis une enquête sur la fusillade. La victime exacte de l’incident n’a pas encore été confirmée, bien que M. Sanwo-Olu ait déclaré que personne n’était mort tandis que plus de 12 personnes avaient été blessées, dont deux en soins intensifs.

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus