Affaire Céline Dion – ICM Partners: la diva québécoise condamnée aux États-Unis

Céline Dion a été reconnue coupable dans un litige, qui l’opposait depuis plusieurs mois, à son ancienne agence artistique aux États-Unis. La chanteuse devra indemniser ICM Partners et l’agent Rob Prinz, concernant des commissions sur un contrat à 500 millions de dollars.

Céline Dion a perdu un important bras de fer juridique qu’elle menait depuis plusieurs mois contre l’agence ICM Partners et son ancien agent Rob Prinz, selon les informations des magazines spécialisés Variety et Deadline. Elle avait signé en 2017 un contrat pluriannuel de tournées et de spectacles d’une valeur de 500 millions $ US.

Comme le stipulait le contrat qui liait Céline Dion à ICM et à M. Prinz, les montants devaient être versés pour des spectacles en résidence à Las Vegas et des tournées partout sur la planète, pour la période 2017-2026. La chanteuse a coupé les ponts avec l’entreprise et son agent en 2018, mais ceux-ci ont intenté une poursuite pour réclamer des redevances de 2019 qui auraient dû leur être versées malgré tout, allèguaient-ils.

Le commissaire du travail de l’État de la Californie leur a donné raison et a reconnu la validité du contrat qui liait l’agence et son ancienne cliente. Des redevances doivent être payées pour les sommes négociées, et ce pendant toute la durée du contrat, et l’artiste ne peut pas déterminer, de manière unilatérale, qu’il n’y a pas d’obligation de payer pour du travail déjà exécuté, peut-on lire dans la décision. Le montant qui doit être versé par la chanteuse reste pour le moment inconnu.

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus