Bénin – 4 ans de Gouvernance sous Talon: 807427 emplois créés, le chiffre fait polémique…

La statistique sur le nombre d’emplois créés en quatre ans, sous le régime de la rupture, fait débat au sein de l’opinion.

Selon l’Institut national de la statistique et de l’analyse économique (Insae), 807 427 nouveaux emplois, soit 210 584 emplois formels et 596 844 informels, auraient été créés en quatre années de gouvernance sous le régime de la rupture.

A Lire aussi: “Le Bénin n’a pas été inventé, il y a 5 ans Joël Aïvo

Des chiffres qui ont tôt fait de susciter la polémique au sein de l’opinion. La première voix de contestation vient du Secrétaire général de la Confédération syndicale des travailleurs du Bénin (CSTB), Kassa Mampo.

Pour le syndicaliste, il est important de ne pas perdre du vue que le gouvernement a fermé des sociétés. Mieux, il estime que dans le secteur de l’éducation où on parle des aspirants comme de nouveaux emplois crées, avant le recrutement des aspirants, il y avait les vacataires.

« Au niveau des chantiers où on utilise les ouvriers, c’est un emploi précaire (…). Donc on ne sait pas où est-ce qu’ils sont allés trouver les 800 mille et quelques emplois« 

Kassa Mampo à BBC

Mais pour l’institut béninois de la statistique, les chiffres avancés ne sont pas une invention. Ils sont tirés des données de l’Enquête régionale intégrée sur l’emploi et le secteur informel puis de la comptabilité nationale, notamment les données collectées auprès de la Direction de la programmation et de la prospective des ministères, de l’Agence nationale pour l’emploi.

« C’est des informations que nous avons collectées auprès de certaines structures qui s’occupent de gérer les projets qui tirent des valeurs ajoutées auprès des programmes, des différents grands projets qui sont mis en place.« .

Directeur général de l’Insae

Les secteurs pourvoyeurs d’emplois

Si le régime de la rupture a pu atteindre ce chiffre en termes de création d’emplois, certains secteurs ont fortement contribué à l’obtention de ces résultats. Au nombre des secteurs qui ont contribué à avoir ces chiffres, il y a les infrastructures avec les routes et les ouvrages déjà construits et ceux en construction.

Il y a également le secteur agricole et le commerce qui ont fortement contribué aux statistiques sur l’emploi au cours des quatre dernières années en dehors de l’éducation.

« En tout cas, nous, nous sommes statisticiens ; nous devons respecter les méthodologies utilisées dans tous les pays. Donc c’est sur cette base-là que nous produisons les données », conclut le directeur de l’Insae suite à la polémique.

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus