Bénin – Etude de la loi de finances 2021: les syndicalistes ont vidé ce lundi la salle d’audience en colère

La rencontre entre syndicats et la commission des finances, prévue pour ce lundi 2 Novembre, n’a finalement pas eu lieu. Les syndicalistes ont vidé la salle d’audience en constatant le retard sur le lieu des députés.

Averti de la présence des syndicalistes dans la salle d’audience dans le cadre de l’étude de loi de finance 2021, le président de la commission des finances, l’He Gérard Gbénonchi, est tout surpris en descendant à 10H45, de constater que ses hôtes ont disparu.

A Lire aussi: Bénin – Polémique sur la marche des femmes: la cinglante réplique de Bertin Koovi à Garba Yaya

Alors qu’il attendait ses autres collègues de la commission qui sont, pour les uns dans leur bureau et pour les autres en route pour l’assemblée nationale, les syndicalistes estimant que le temps d’attente devient long ont quitté la salle d’attente et ont laissé un jeu de leurs doléances auprès des cadres de l’assemblée nationale.

Pour ces responsables syndicaux, le comportement des députés frise le mépris vis-à-vis de leur personne. Alors, pour ne pas rester sur place et humer l’air comme des désœuvrés, ils ont décidé de prendre leurs responsabilités.

Selon Matin Libre qui a relayé l’information, les membres de la commission des finances sont indignés par le comportement de ces syndicalistes. Ils se demandent si ces derniers sont vraiment au service de leurs syndiqués.

Quid de l’audience publique?

Faut-il le rappeler, le principe des audiences publiques est de permettre aux couches sociales de rencontrer les membres des commissions afin de faire part à ceux-ci des doléances qu’ils souhaitent voir intégrées dans la loi des finances pour le prochain exercice.

En leur qualité de représentants des travailleurs, ces responsables syndicaux qui ont recueilli à la base les attentes doivent les remonter au niveau des députés afin qu’elles soient prises en compte pour le prochain exercice.

C’est d’ailleurs pour cela que les députés n’ont pas compris leur attitude. Ils estiment que ce sont eux qui sont dans le besoin et qu’ils peuvent consentir un peu plus de sacrifice au nom de leurs syndiqués.

Mais, selon notre source, les syndicalistes pensent plutôt que les députés doivent davantage apprendre à respecter le peuple qu’ils représentent en se montrant plus assidus et plus ponctuels.

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus