Côte d’Ivoire: Alassane Ouattara sur les traces d’Alpha Condé?

Troisième mandat, dispositif sécuritaire au domicile d’opposant… Alassane Ouattara serait-il en train d’adopter la stratégie d’Alpha Condé?

Tout comme Alpha Condé, Alassane Ouattara a maintenu sa candidature pour un troisième mandat, malgré les contestations tous azimuts. Le chef de l’Etat ivoirien s’est montré inflexible face à une opposition composée des revanchards, prêts à en découdre avec son pouvoir. Dans une période de campagne très tendue et ensanglantée, Ouattara n’a cessé de répéter: « Il n’y aura pas de report, l’élection aura lieu le 31 octobre 2020 ».

A lire Aussi: Côte d’Ivoire: le gouvernement proroge la mesure d’interdiction des manifestations

Ce mardi, c’était sans surprise que la Commission Electorale Indépendante (CEI) a annoncé Alassane Ouattara vainqueur de la présidentielle du 31 octobre 2020 dès le premier tour, avec 94,27 % des voix. Un K.O retentissant qui rappelle celui d’Alpha Condé, en attente d’être validé par la cour constitutionnelle. Face à une opposition qui parle d’un simulacre d’élection et annonce la formation d’un gouvernement de transition, Ouattara aurait encore fait recours à une stratégie d’Alpha Condé.

Le domicile d’Henri Konan Bédié encerclé

Tout comme l’opposant guinéen Cellou Dalein Diallo dont la résidence a été encerclée quelques heures après l’élection présidentielle, Henri Konan Bédié, l’homme à la tête de l’opposition ivoirienne, a vu un important dispositif sécuritaire encercler sa résidence. De sources proches de l’ancien président, une conférence de presse de l’opposition était prévue à son domicile cet après midi.

A lire Aussi: Kouadio Konan Bertin: “(…) J’ai fait le choix de l’élection imparfaite »

« Un important dispositif de policiers dans le périmètre de la résidence de Bédié, où l’opposition avait programmé une conférence de presse en cette mi-journée », indique nos sources qui précisent que les forces de l’ordre ont fait usage des gaz lacrymogènes pour disperser les journalistes et les militants, afin d’empêcher la tenue de la séance de l’opposition. Plus tard dans la journée, le gouvernement accuse l’opposition de « complot contre l’autorité de l’Etat » et indique avoir saisi la justice afin que « soient traduits devant les tribunaux, les auteurs et complices de ces infractions« .

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus