Présidentielle au Burkina Faso: Roch Kaboré en quête de soutien pour un coup K.O

En campagne électorale, le président sortant, Roch Kaboré, a demandé le soutien des populations du nord pour réaliser un coup K.O au soir du scrutin présidentiel, prévu pour le dimanche 22 novembre 2020.

Elu en 2015 avec la majorité absolue dès le premier tour de la présidentielle au Burkina Faso, Roch Kaboré veut briguer un nouveau mandat à la tête du pays. Le chef de file du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) se dit serein pour damer le pion à ses challengers. Après les régions du centre, Roch Kaboré s’est rendu au nord, où il a tenu des meeting pour la dernière étape de sa campagne.

A lire Aussi: Élections présidentielle et législatives au Burkina Faso: la CEDEAO déploie ses observateurs sur le terrain

A Ouahigouya, chef-lieu de la région du Nord, pour son 12e meeting de campagne, Roch Kaboré a rendu une visite de courtoisie jeudi matin au Naaba Kiiba, le Roi du Yatenga. Il a par la suite eu un dialogue direct avec l’ensemble des forces vives de la région du Nord. « Cette région m’a plébiscité en 2015. Je suis venu ici sceller un nouveau contrat de confiance », a-t-il déclaré.

« Je suis venu demander votre soutien pour réaliser le Coup KO au soir du 22 novembre. J’ai confiance en vous », ajoute Roch Kaboré qui appelle les populations à sortir massivement pour accomplir leur devoir de citoyenneté, dimanche 22 novembre 2020. « Je prends l’engagement pour que vous bénéficiez au cours de mon prochain mandat, d’une eau de qualité grâce au barrage de Guitti », promet Roch Kaboré aux populations de Yatenga.

A lire Aussi: Burkina Faso: baisse du prix des hydrocarbures à la pompe

Prenant le pouvoir en 2015 suite à la révolte populaire contre le président d’alors, Blaise Compaoré, Roch Kaboré avait de nombreux défis, dont l’insécurité à relever. Cinq (05) ans après, il dresse un bilan satisfaisant et met le cap sur les prochaines années, espérant remporter la présidentielle du dimanche 22 novembre 2020. Mais, sans vouloir aller dans l’excès, beaucoup de burkinabé restent encore sur leur faim. La sécurité, l’économie et le tissu social n’ont cessé de se dégrader avec une gouvernance critiquée.

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus