Tchad: vers la création d’un poste de vice-président

Le gouvernement tchadien a validé un projet de révision de la constitution qui porte, entre autres, sur la création d’un poste de vice-président et la suppression du serment confessionnel exigé aux hauts fonctionnaires.

Le projet de révision soumis à l’Assemblée nationale tchadienne pourrait aboutir à la modification d’une soixantaine de dispositions de la constitution de mai 2018. Le projet évoque, notamment la suppression du serment confessionnel exigé aux hauts fonctionnaires, mais aussi la création d’un Sénat, d’une Cour des Comptes et d’un poste de vice-président.

A lire Aussi: Présidentielle au Tchad: Idriss Déby, candidat en 2021?

Selon le projet, le vice-président sera nommé et révoqué par le président de la République. Il aidera le chef de l’Etat dans ses responsabilités et fonctions en cas d’absence du territoire ou d’empêchement temporaire. Une initiative qui va supprimer définitivement la primature. Aussi, précise le projet, les conditions de désignation et principalement les attributions devraient être fixées par le gouvernement.

En cas de vacance de poste ou d’empêchement définitif, les attributions du chef de l’Etat sont provisoirement exercées par le vice-président. Il procédera à des nouvelles élections présidentielles, 45 jours au moins et 90 jours au plus.

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus