Bénin – Choix du candidat FCBE: le parti pourra-t-il s’en sortir avec la dernière option?

Face à l’appétit du pouvoir et la difficulté de faire consensus autour d’un candidat, 8 personnalités se sont lancées à l’assaut du parrainage. Une option qui peut bien créer des frictions au sein du parti.

Suite aux mésententes au sein de la commission mise en place pour conduire les travaux de désignation du parti et la guerre de leadership entre les responsables, la FCBE a finalement trouvé une option.

A lire aussi: Bénin: les mesures de sécurité du formulaire individuel de parrainage

Envoyer les différents candidats à la candidature du duo présidentiel à la conquête du parrainage, celui qui réussira à décrocher les 16 parrains, devient, de fait, le candidat du parti.

Si cette option peut constituer à débloquer le statu quo observé depuis un moment dans le choix du candidat du parti, elle risque de créer des frictions à l’interne, préjudiciables à la cohésion du groupe.

Avec cette option associée au contexte politique actuel, ce n’est pas forcément le plus doué en négociation qui parviendra à tirer son épingle du jeu, mais celui, aux yeux de la mouvance, qui parraine, peut le mieux correspondre aux stratégies politiques qui seront déployées.

Les chances des 8 missionnaires FCBE pour décrocher des parrains

Ils sont désormais huit personnalités politiques, membres de la Force cauris pour un Bénin émergent (FCBE) à aller à l’assaut du parrainage.

Il s’agit de l’ancien député, Idrissou Bako, des anciens ministres, Alassane SoumanouPaul HounkpèAboubakar YayaThéophile Yarou, Paul Victoire Adje Kokou, Clément Koutchadé, et Ehinnou Romaric Koutchika.

Ces personnalités auront le défi de constituer des duos présidentiels et de parvenir à obtenir 16 Parrains. Celui qui, au terme du processus, parviendra à atteindre l’objectif, sera d’office investi pour porter l’étendard du parti à la présidentielle de 2021. Mais quelle est leur chance de réussite?

Prenons d’abord les deux premiers responsables du parti: Paul Hounkpè et Théophile Yarou. Le débat pour le choix du candidat s’était cristallisé autour de ces deux.

C’est d’abord le nom de Théophile Yarou qui avait circulé comme le profil idéal pour le poste. Mais les débats ont changé au sein du parti quand, comme un ballon d’essai, le SEN Paul Hounkpè, dans un post, a écrit : « Mais pourquoi pas moi », avant d’affirmer qu’il a bien le profil pour le job.

Depuis lors, les forums du parti se sont enflammés. Les attachés de presse des deux premières personnalités ont pris le relai pour vanter leurs qualités respectives.

Dans les débats, la balance semble se pencher beaucoup plus du côté du numéro 2 du parti, l’ancien ministre, Théophile Yarou. Mais aura-t-il les faveurs des députés et maires des partis de la mouvance, UP et BR? La question mérite d’être posée, d’autant plus que des allégations distillées sur les réseaux sociaux avaient annoncé que c’est le pouvoir qui suscite la candidature de Paul Hounkpè, parce qu’il ne fait pas trop confiance à Théophile Yarou.

En dehors de ces deux premières personnalités du parti, Alassane Soumanou et Clément Koutchadé disposent d’une chance égale à l’ancien ministre de la culture, Paul Hounkpè, si d’autres considérations politiques ne sont pas prises en compte par des potentiels parrains.

Les quatre autres candidats sur la liste n’ont pas beaucoup de chance pour obtenir les 16 parrainages. Si l’on prend, par exemple, le cas de l’ancien ministre, Aboubacar Yaya, son bref passage à la tête de la municipalité de Parakou lui a déjà permis de créer d’inimitié avec les élus BR.

Le passé qu’il traîne en tant qu’organisateur de concours frauduleux n’est pas non plus un actif qui lui permettra de bénéficier de la faveur de l’autre parti politique proche du chef de l’Etat.

Quant à Idrissou Bako, la grande majorité des députés actuels est constituée de ceux qui ont voté, pour lui enlever son immunité parlementaire, suite à des soupçons de mauvaise gestion.

Tout compte fait, le FCBE aura son candidat

Au cours de sa tournée nationale de reddition de compte, le chef de l’Etat, Patrice Talon, a affirmé que l’élection présidentielle de 2021 sera ouverte, en dépit du fait que la majorité des parrains soit de la mouvance au pouvoir.

A lire aussi: Bénin: Théodore Holo prend la défense des constitutionnalistes attaqués par un citoyen

Le président de la République a même nommément cité certains partis politiques qui, selon lui, seront sur la ligne de départ pour cette compétition électorale.

Il s’agit de la Force cauris pour un Bénin émergent (FCBE) et Les Démocrates, deux partis de l’opposition. Si Les Démocrates, un parti craint par le pouvoir, au regard de l’allure prise par la reddition de compte sur le terrain, est dans la course, il n’y a pas de raison que le parti de Paul Hounkpè ne puisse avoir l’appui des deux partis proches du pouvoir pour avoir ses parrains.

Seulement, la compétition se jouera entre Paul Hounkpè, Théophile Yarou et Alassane Soumanou. Qui des trois parviendra-t-il à être le candidat de la FCBE? Le regard est donc tourné vers les députés et maires UP et BR.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus