Bénin: « On ne peut pas avoir d’indépendance à l’université », Roch Gnahoui David

L’émission Gros Plan de ce dimanche 17 janvier 2021 a reçu le Professeur Roch Gnahoui David, Doyen de la Faculté de Droit et de Science Politique (Fadesp). L’universitaire est revenu sur la nomination des Doyens et Directeurs d’écoles décidée par le gouvernement dans les universités publiques.

Le gouvernement a suspendu les élections de doyens et directeurs d’écoles dans les universités publiques. Les actuels dirigeants des Facultés, écoles et instituts ont été nommés par décret pris le 30 janviers 2019.

Cette option prise par le gouvernement avait été pendant longtemps combattue par une frange d’universitaires qui réclamaient une indépendance dans le choix d leurs dirigeants. Mais le Professeur Roch Gnahoui David n’est pas du même avis.

A lire aussi : Bénin – Nomination des doyens: Joël Aïvo s’indigne et annonce une rude bataille

Selon le Doyen de la Fadesp, il n’est pas possible de vouloir une indépendance à l’université. « On ne peut pas avoir d’indépendance à l’université », a-t-il martelé sur l’émission Gros Plan. Pour Roch Gnahoui David, la nomination des doyens et autres responsables n’est pas pas une mauvaise chose, encore moins un recul démocratique.

« Quand vous avez des élections, vous avez toujours un clivage au niveau de la Faculté ou au niveau de l’université. Les élections, on ne peut pas les généraliser partout », a-t-il déclaré.

Des réformes en cours…

La suspension des élections des recteurs et des vice-recteurs, des membres des conseils d’administration ainsi que des doyens et directeurs des unités de formation et de recherche est faite en attendant des réformes. Selon les autorités en charge de l’enseignement supérieur, le gouvernement a l’ambition de réformer le système de désignations des dirigeants dans les universités. Les élections ont été donc suspendues en attendant l’aboutissement desdites réformes.

A lire aussi : [Gros Plan] Bénin: Patrice Talon mérite un second mandat, selon Martin Assogba

Les choses devraient normalement aller un peu plus vite avec l’installation du Conseil national de l’Education (CNE), qui doit désormais définir les nouvelles modalités de gouvernance de l’Education.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus