Côte d’Ivoire: après la prison, Pascal Affi N’Guessan est-il devenu la marionnette de Ouattara?

Pascal Affi N’Guessan a représenté le président Alassane Ouattara aux obsèques de l’ancien président du Ghana, Jerry Rawlings à Accra. Une preuve que l’opposant est rentré dans les rangs après quelques jours au frais ?

«Le président Ouattara a délégué le Président Affi N’guessan et moi-même pour le représenter aux obsèques du président Jerry Rawlings. Nous avons donc présenté nos condoléances à la veuve, madame Rawlings, au président Nana Akufo-Addo et au peuple ghanéen. Nous sommes très honorés d’avoir représenté le président Alassane Ouattara», a indiqué l’ancien ministre du pétrole, Adama Toungara.

La question ne se pose donc plus de savoir si Affi reconnait Alassane Ouattara comme président élu de Côte d’Ivoire. C’est désormais clair dans toutes les têtes que quelques jours du président du Front Populaire Ivoirien (FPI), au placard lui ont donné de nouvelles directives, lui qui contestait avec hargne l’élection du président Ouattara. Il semble le reconnaitre tellement bien qu’il accepte d’être son ambassadeur.

Revirement silencieux

Un revirement spectaculaire de celui qui a pourtant été l’un des plus farouches opposants à la candidature et à l’élection de Ouattara. Les ivoiriens ont toujours traité Affi d’opposant de nom sans convictions réelles. Avec ces derniers événements, le doute semble être levé sur le vrai combat de quelqu’un pour qui tant d’ivoiriens ont pourtant sacrifié vie, proches et/ou temps.

Appeler les populations à manifester contre Ouattara, leur demander du soutient en tant que leader pour finalement les trahir en noyant une cause à laquelle elles ont pourtant tant cru, est simplement un aveu de faiblesse et un manque criard de leadership de la part de certains politiques qui ne semblent que ne tenir qu’à leurs ambitions personnelles.

Affi envoyé en mission ?

De retour de prison, Affi a d’abord tout fait pour créer la discorde au sein de la coalition de l’opposition en accusant le PDCI et EDS de manœuvres discriminatoires dans les choix des candidats pour les législatives. Il a ensuite quitté le bloc pour en créer un autre où il a associé les dissidents du RHDP et le COJEP de Blé Goudé.

Désormais, Pascal Affi N’Guessan veut la tête de l’autre partie du FPI, les GOR. Il a saisi la Commission électorale indépendante contre ce qu’il appelle des « usages frauduleux du sigle du FPI ». Un retour gagnant de Pascal Affi dans l’arène politique ivoirienne, mais pas pour lui, plutôt pour le camp d’en face, le RHDP.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus