Bénin: des techniques innovantes de production de baobab révélées à Natitingou

Ce jeudi 25 février 2021, des techniques innovantes de production de baobab ont été présentées à Natitingou. C’était à l’occasion de l’atelier de restitution et de formation des acteurs des chaines de valeurs des produits de baobab.

De nouvelles techniques sont découvertes dans la production du baobab. C’est le fruit des recherches menées par des chercheurs béninois pour réduire considérablement le temps de croissance de cet espèce. « En cinq ans, c’est possible de commencer par récolter les fruits avec le greffage. Sur un même pied, vous pouvez appliquer plusieurs greffons », a expliqué Dr Valère Salako, chercheur Labef.

Les nouvelles techniques de production présentées sont issues des études menées dans le cadre du projet Bao Chain, par le Laboratoire d’Ecologie Appliquée (LEA), le Laboratoire de Biomathématiques et d’Estimations Forestières (Labef), le Laboratoire des Sciences Alimentaires (LSA), la Fondation de l’UAC, et deux lycées techniques agricoles (Sékou et Natitingou).

A lire aussi : Bénin: le ministre Gaston Dossouhoui justifie ses larmes après le discours de Patrice Talon

Le baobab est une espèce à forte potentialité mais fortement menacée. Cependant, des recherches effectuées par des chercheurs béninois permettent désormais de produire plus facilement les feuilles et fruits de l’espèce à travers des techniques de greffage des plants.

Quid des techniques de production de feuilles de baobab ?

Les recherches effectuées ont également abouti à la découverte de techniques de production de feuilles de baobab. Lors de la présentation des résultats, ces techniques ont été exposées aux participants. Selon les explications de Guillaume Hounsou-Dindin, doctorant au Labef, on retient qu’il faut :

  • collecter les fruits mûrs ;
  • casser les cabosses ;
  • extraire les graines enrobées de pulpe et laver le tout dans de l’eau à température ambiante pour l’obtention des graines ;
  • ensuite tremper les graines dans l’eau préalablement chauffée à l’ébullition puis laisser jusqu’au refroidissement pendant 48 heures.

Après ces différentes étapes, il faudra passer à la préparation du sol, le semis des graines pré-traitées, et l’entretien (arrosage, désherbage, la lutte contre les agents pathogènes ).

A lire aussi : Bénin: le projet Forêts classées officiellement lancé par le ministre Tonato

Selon le Professeur Achille Assogbadjo, Coordonnateur du projet BaoChain/CARP+, l’enjeu de ces études est de mettre à échelle de la valorisation des produits alimentaires du baobab africain à travers l’amélioration de leurs qualité sanitaire et chaînes de valeur pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle au Bénin.

1 commentaire
  1. Anonyme dit

    Une bonne nouvelle !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus