Épidémie d’Ebola: la Russie vole au secours de la Guinée pour combattre la maladie

La Russie a envoyé des experts en Guinée pour aider le pays à combattre la nouvelle épidémie d’Ebola qui a resurgi dans le pays, a rapporté mercredi Tass. Selon le chef de l’équipe d’experts russes Andrey Kritsky, il s’agit de travailler avec les experts locaux pour en finir avec la maladie.

« Nous maintenons des contacts étroits avec les autorités sanitaires locales », a déclaré Kritsky. «Nous lançons maintenant des diagnostics de laboratoire en raison de l’épidémie d’Ebola. À son tour, l’hôpital, qui est assisté par la partie russe, se prépare à accueillir des patients», a-t-il ajouté.

Le 14 février, le gouvernement guinéen a officiellement déclaré une pandémie d’Ebola dans le sud-est du pays. Le premier cas d’Ebola a été détecté à Goueke, dans la région de Nzérékoré, il s’agit d’une infirmière décédée le 28 janvier.

A lire aussi: Guinée: résurgence de la fièvre Ebola avec de nouveaux décès

« La Russie fournit une assistance à la Guinée dans la lutte contre les infections depuis l’épidémie d’Ebola en 2014. À cette époque, les spécialistes de l’Institut russe de recherche anti-peste « Microbe » et du Centre de recherche d’État vectoriel en virologie et biotechnologie ont été envoyés Guinée. L’équipe d’experts a apporté une contribution majeure à la lutte contre l’épidémie d’Ebola en 2014-2016 », a poursuivi l’expert russe.

« Actuellement, lorsque l’épidémie d’Ebola est réapparue en Guinée, le centre russo-guinéen est entièrement équipé des produits chimiques et des fournitures nécessaires, il est prêt à participer activement à la lutte contre la pandémie », a conclu Kritsky. Le porte-parole du ministère a noté que les services de santé guinéens étaient désormais mieux préparés à lutter contre le virus que lors de la précédente épidémie d’Ebola il y a six ans.

La Guinée a été l’un des épicentres de l’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest en 2014-2016. Plus de 28 000 cas ont été signalés à l’époque et le nombre de morts a atteint 11 300. La situation la plus difficile a été signalée dans les États voisins de la Guinée, au Libéria et en Sierra Leone.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus