Instauration d’un code civil en Chine: une femme fait condamner son mari pour non-participation aux travaux domestiques

La justice chinoise a condamné un homme à verser plus de 6.000 euros environ 3 900 000 FCFA à son ex-femme. Ils sont en instance de divorce après 5 cinq ans de mariage. Elle l’accuse de n’avoir pas assez participé aux tâches ménagères quand ils étaient ensemble.

La Chine a installé en juin 2020 un code civil, adopté par l’Assemblée Populaire Nationale. C’est un nouveau code civil qui est entré en vigueur en janvier 2021.

La première bénéficiaire est une citoyenne à qui son homme a demandé le divorce en 2020. La réaction de l’épouse a été de réclamer des indemnités.

Devant un tribunal de Pékin, elle lance, selon RTL: « Il ne m’a jamais aidée, il partait travailler, m’abandonnait à la maison pour me laisser m’occuper des tâches ménagères et de notre enfant ».

Avec le code civil, les partenaires d’un couple en instance de divorce ont « le droit de demander une indemnisation », lorsque l’un d’eux pense avoir porté plus de responsabilités dans le ménage qu’il n’en faut.

C’est ce que la femme a mis en application et le juge a réalisé son vœu. Son ex-mari a été condamné à lui verser 50.000 yuans, soit environ 6.300 euros.

Les travaux domestiques, une propriété immatérielle

Le juge a fait comprendre aux journalistes le lundi 22 février dernier que le partage des biens communs d’un couple marié consiste généralement en une répartition des biens matériels. « Mais les tâches ménagères constituent une valeur de propriété immatérielle », a-t-il ajouté.

Une telle décision au Bénin ! Ce n’est pas prêt d’arriver. Et même si la justice s’y engageait, le combat n’ira pas bien loin, parce ce que dans ces cas, les femmes se réclament africaines, prennent la société, la culture, l’éducation pour prétexte et se défilent.

Et c’est bien dommage !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus