La Russie en colère après la décision de la Cour européenne de libérer Navalny

La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) a ordonné mercredi, la libération immédiate de l’opposant russe Alexey Navalny. Une décision que Moscou a qualifié d’ingérence aux conséquences graves.

La plus haute cour européenne des droits de l’homme a ordonné à la Russie de libérer le chef de l’opposition Alexey Navalny en prison depuis son retour d’Allemagne pour des soins médicaux.

Dans sa décision de mardi, la CEDH a évoqué l’article 39 de son règlement et a obligé le gouvernement russe à libérer Navalny, citant «la nature et l’étendue du risque pour la vie du requérant». « Cette mesure s’appliquera avec effet immédiat », a déclaré le tribunal basé à Strasbourg dans un communiqué.

Cette décision, il est clair, n’est pas de nature à arranger les choses entre les deux partenaires. Sans surprise, la Russie a répondu de façon cinglante en mettant l’Europe en garde contre les conséquences de cette décision.

La Russie en Colère

« Nous considérons cette décision comme un autre élément de la campagne de pression sur notre pays. Y compris comme un élément d’ingérence dans les affaires intérieures de notre pays … Ce sont tous des maillons d’une chaîne », a déclaré Zakharova.

« C’est une telle salve au droit international, dont les conséquences, me semble-t-il, la CEDH ne peuvent tout simplement pas mesurer. Ils détruisent le cadre juridique international, qu’ils n’ont pas créé. Les relations internationales modernes sont construites sur leur base et leur fondement », a déclaré Zakharova.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus