La violence tourne au drame au Niger, déjà deux morts lors des manifestations

Les violences post-électorales au Niger ont tourné au drame jeudi avec la mort de deux personnes lors des heurts de manifestants en colère avec les forces de l’ordre.

Alors que la violence a éclaté mardi après-midi à la suite de la proclamation des résultats de l’élection présidentielle, la Commission électorale a déclaré le candidat du parti au pouvoir, Mohamed Bazoum, gagnant avec 55,75% des voix, tandis que le candidat de l’opposition Mahamane Ousmane en a récolté 44,25%. Ousmane a contesté le résultat et a affirmé qu’il avait remporté de justesse avec 50,3% des voix.

A lire aussi: RFI condamne l’incendie du domicile de son correspondant au Niger, Moussa Kaka

« Le bilan est de deux morts », a déclaré jeudi le ministre de l’Intérieur Alkache Alhada aux journalistes, ajoutant que 468 arrestations avaient été effectuées « dont certains politiciens » qu’il n’a pas identifiés.

Selon un rapport d’Al Jazeera, l’un des deux décès est survenu à la suite d’une crise d’épilepsie lors d’une manifestation, a déclaré Alhada, ajoutant que l’autre, qui avait été abattu, était le garde du corps du politicien Seini Oumarou, un candidat non retenu au premier tour du scrutin le 27 décembre qui avait exhorté les partisans à voter pour Bazoum au second tour. Il y a également eu «destruction d’infrastructures, de propriétés publiques et privées».

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus